7/10

Short Program

Spécialiste des amourettes adolescentes, Mitsuru Adachi ne s'est pas contenté de dessiner que des séries au long cours (Touch, Rough, Katsu), genre qui a fait son succès. Comme tout auteur qui se respecte, il s'est également attelé à l'écriture de petites histoires sur des thèmes qui lui sont chers. Ces one-shots sont parus chez Tonkam sous le nom bien trouvé de Short Program, un petit programme composé d'adolescents ou de jeunes adultes dont au moins un homme, une fille et quelques amis pour meubler et d'un amour difficile à saisir.

Short Program
Short Program
Adachi fait ce que l'on connaît de lui, à savoir mettre en scène avec humour des histoires de coeurs cachées ou inassouvies. Seulement, avec son habitude de faire perdurer les aventures des personnages et ne faire progresser qu'à dose homéopathique leurs sentiments, on pouvait se demander si le mangaka arriverait à faire tenir son scénario en une trentaine de pages. Et comme tout grand auteur, il y parvient. Certes, il n'atteint jamais le niveau d'une Rumiko Takahashi à ce petit jeu ni ne fait mieux que ses longues séries, mais le résultat se révèle tout de même fort sympathique, à la hauteur de ce que l'on pouvait espérer de sa part.

On retrouve dans Short Program tous les éléments qui font le charme de l'auteur : son dessin clair et précis, son ton enjoué et humoristique et ses personnages attachants, cela toujours lié en toile de fond par des sentiments amoureux. On suit ainsi les retrouvailles de deux camarades dans une réunion d'anciens élèves, l'admiration que porte un géant à une sauteuse en hauteur ou le désir d'un jeune étudiant de rencontrer sa correspondante. Seulement, on voit clairement que les histoires de Mitsuru Adachi tendent à se ressembler sur le fond et ne sont dès lors pas aussi captivantes qu'elles pourraient l'être, en particulier dans le deuxième volume. Les relations entre les protagonistes, dont la force vient justement de son évolution dans le temps, sont ainsi un ton en dessous de ce que l'on connaît de lui. Enfin, certaines intrigues volontairement floues (les épisodes avec la fille du détective) ne convainquent pas par leur déroulement et demeurent obscures. Voilà tout ce qu'on pourra reprocher aux histoires courtes d'Adachi. Il faut bien aller chercher la petite bête pour critiquer ses mangas qui demeurent une assurance de qualité.

Si vous connaissez déjà les oeuvres du mangaka, vous pouvez aisément deviner à quoi ressemble Short Program. On se croirait dans ses longues séries mais après avoir été fortement raccourcies afin de réussir à conclure dans un temps record. On y retrouve donc des personnages et des histoires moins poussées mais racontées avec plus de rythme et sur le même ton enjoué. Rien en plus ni en moins, du short Adachi en somme.

A découvrir

Yu-Gi-Oh ! R

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques