5/10

Sket Dance T.1


Ils sont là pour vous !
Support, Kindness, Encouragement et Troubleshooting. Ce sont les quatre mots qui forme la devise du SKET Dan, un club entièrement dédié à la résolution des problèmes des élèves. Entre un leader pas très malin, une ex-délinquante pas toujours pacifique et un geek super informé mais muet comme une tombe, les membres du club ne sont pas exactement des modèles de banalité, mais comparés à leurs clients, ils sont d'une étonnante normalité ! Car les missions qui s'enchaînent vont les confronter à la galerie de lycéens la plus loufoque du Japon !

Sket Dance est la dernière série fleuve du Shônen Jump à avoir débarqué chez nous. Avec ses 28 tomes et son animé, elle semble avoir son petit succès au pays du Soleil Levant. Cependant, l'expérience prouve que les gros succès japonais ne font pas toujours mouche chez nous (Vous connaissez Bobobobo-bobobo ? Eh bien, c'est pourtant un gros succès japonais qui a fait un flop chez nous). Le thème est très similaire à celui de Medaka Box publié chez Tonkam, à savoir une bande de lycéens qui essayent de résoudre les problèmes de leurs camarades de bahut. Contrairement à Médaka (personnage principal de Médaka Box), il n'y a aucun personnage à gros lolos pour lancer la série, ce qui n'est pas une si mauvaise chose en soi. Cependant, on remarque vite que le démarrage est un peu lent. Le scénario est encore un peu léger pour le moment et on se contente d'enchaîner les petits problèmes à chaque chapitre, chose qui revient toujours en début de shônen. Je ne m'inquiète donc pas trop pour l'histoire qui devrait offrir des arcs assez rapidement. Ce qui pose un peu plus problème, ce sont les personnages. On ne les connaît pas encore beaucoup et leur caractère très particulier fait que l'on ne s'attache pas vraiment à eux (exception faite d'Himeko qui a le droit à un peu plus de background). Bossun et Switch sont encore trop "abstraits" et il est difficile de se faire une idée sur leur réelle valeur. L'humour n'est pas toujours bien senti et même si certains gags ne manqueront pas de faire mouche, en particulier lorsque l'auteur fait référence à d'autres manga. Par exemple, lorsque Switch se présente, il ajoute son espada préféré (un des plus puissants arrancar, une espèce de monstre dans Bleach) ; y'a pas de quoi casser trois pattes à un canard mais ça ne manquera pas de vous faire sourire.

Un peu moins dynamique que Medaka Box et profitant de personnages beaucoup moins charismatiques, je vois mal Sket Dance prendre la même direction que son concurrent direct dans le Jump. Par contre, si l'auteur ne développe pas plus ses personnages et ne soigne pas un peu plus ses situations, on se dirige tout droit vers un manga assez médiocre (tient, étonnamment, j'avais dit quelque chose de similaire dans ma critique du premier tome de Medaka Box). Bref, affaire à suivre ! 

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

1 commentaires

  • Canette Ultra

    05/04/2013 à 15h49

    Répondre

    En lisant ta critique avec des lycéens qui règlent des trucs dans leur bahut, j'ai eu envie de me regarder un épisode de Parker Lewis ne perd jamais

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques