8/10

Skip Beat !

Vengeance est la raison de vivre de kyoko et lorsqu'elle décide de tout mettre en oeuvre pour atteindre son but, attention aux étincelles !

Mogami Kyôko et Shôtaro Fuwa sont des amis d'enfance. Quand Shôtaro décide d'aller à Tôkyô pour tenter sa chance dans le show business, Kyôko abandonne tout ce qu'elle a pour le suivre et prendre soin de lui. Elle se lève à l'aube pour lui préparer son petit déjeuner, elle fait la vaisselle, le ménage, lave ses vêtements, une vraie bonniche, le tout avec un sourire candide. Aussi le jour où Kyôko se rend compte que Shô s'est servi d'elle, qu'elle ne compte pas plus à ses yeux qu'un vieux chiffon, elle craque totalement. Se venger va devenir son unique objectif. Même si pour cela, elle va devoir changer de look, entrer dans le monde du spectacle (auquel elle ne connait rien), devenir une très grande star (alors qu'elle n'a a priori aucun talent) et supporter les sarcasmes du célèbre Ren Tsuruga qui, pour une obscure raison, ne l'apprécie pas du tout. Après tout, la vengeance est un plat qui se mange froid.

Skip Beat
Skip Beat
Skip Beat !
ou l'itinéraire d'une bête/gentille fille rongée par la vengeance pour se transformer en monstre de terreur, mettant au supplice chaque prétendu obstacle posé sur sa route. Comme un bulldozer impossible à arrêter. Le titre s'axe principalement sur la vengeance mais met en avant d'autres thèmes comme la volonté de réussir. A travers le protagoniste, il apparaît évident que la méthode Coué semble être la base de toute réussite semble se trouver en elle mais les manières d'y arriver sont totalement déjantées. Avec beaucoup d'humour, Yoshiki Nakamura exprime des sentiments positifs malgré une situation rédhibitoire. Le combat mené par son héroïne le transcende, lui permettant de créer un nombre important de personnages secondaires décomplexés de tout sentiment pour atteindre leurs objectifs. Outre Shô ou Ren, Kyôko se trouvera confrontée à un lot de situations inextricables diablement amusantes...

On se retrouve devant un shôjo travaillé pour lequel l'auteur s'est axé sur un chara design assez basique avec un ensemble de personnages répondant aux critères stéréotypés du genre. Tout de même, elle parvient à leur insuffler des particularités originales, conférant un attrait supplémentaire à la lecture. Rien de révolutionnaire mais des petits riens additionnés qui donnent une œuvre sympathique qu'on se plait à aimer.

Le manga a connu une adaptation animée, signe de son succès au Japon pour des raisons justifiées qui en font un titre shôjo assez jouissif par sa forme et son scénario déroutant.

A découvrir

Sablier (Le)

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    21/04/2009 à 15h40

    Répondre

    je recommande ce manga un pur bijou ce shojo est marrant et triste à la fois vraiment! lisez le manga ou regarder l'anime vous n'allez pas etre décu pour les fans de shojo biensure!

  • Anonyme

    22/04/2009 à 01h50

    Répondre

    Moi spécialement j'adore le manga et j'ai vu l'animé je le recommande à 100% il est plein d'humeur et on ne s'ennuie pas 1 seconde et l'héroine est loin d'etre une cruche, car même si on le croirait au début elle a un sacré caractère. En clair je le conseille au amateur de shojo qui aime rire.

  • Anonyme

    21/01/2010 à 17h11

    Répondre

    un shojo magnifique ! une heroine complétement déjanté loin du stereotype shojo à absolument lire !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques