7.5/10

Sky Hawk

La venue des samouraïs sur le continent étasunien est désormais avérée ! Jirô Taniguchi confirme aussi que les indiens utilisaient le ju-jitsu pour faire la peau à Cluster !

Hikosaburô et Manzô, deux samouraïs exilés aux Etats-Unis depuis la restauration de Meiij (1868), vivent de leur chasse sur le territoire des Indiens Crow.

Un jour, Hikosaburô porte secours à une Indienne, Running Deer, poursuivie par des chasseurs de prime. Ils sont sauvés in extremis par un groupe de guerriers Oglagla conduits par Crazy Horse. Le chef indien, fasciné par la technique de combat des deux samouraïs, les invite à rejoindre son campement pour enseigner le ju-jitsu à ses hommes. Une profonde amitié va alors naître entre eux.

Devenus Sky Hawk et Winds Wolf, les deux samouraïs vont lutter aux côtés des Indiens contre les hommes blancs venus à la conquête de l'Ouest. La bataille pour sauver leur terre sacrée des Black Hills s'annonce terrible, mais ces valeureux guerriers sont bien décidés à lutter jusqu'au bout.

Sky Hawk
Sky Hawk
Après Seton, le Chien Blanco ou encore L'homme de la Toundra, Jiro Taniguchi revient sur le continent américain avec une nouvelle intrigue. Avec Sky Hawk, c'est un peu Kaze no Shô version western. Un combat pour l'honneur au beau milieu d'une véritable guerre pour la domination. Sauf qu'au lieu des cités japonaises, ce sont les plaines verdoyantes du Midwest étasunien et des rencontres violentes entre indiens et cavalerie. Sortis de nulle part, deux pionniers nippons, rônins, vont se ranger au côté d'un nouveau maître : un chef indien. Par leurs yeux, Taniguchi relate l'Histoire, la vraie, des combats périlleux et sanglantes entre des Natifs en manque de moyens et un homme blanc, destructeur d'environnement. Bref, Fort Alamo vu de l'autre côté. L'oppresseur se révèle être le briseur de l'écosystème indien, de sa chaîne alimentaire et de tout son mode de vie. L'intrigue prend une tournure plus intense avec l'arrivée de Cluster. A sa manière (ou plutôt comme d'hab), Taniguchi magnifie la nature, la sublime à travers toutes ses représentations et livre son message encore plus par son dessin que par des dialogues parfois rébarbatifs. Car de ce point de vue le côté amitié indien-samouraï prend une forme tout de même cucu la praline, l'indien étant vu comme le bon sauvage.

Plus besoin de présenter le travail de Jirô Taniguchi dont le travail d'orfèvre présente les caractéristiques parmi les plus élevés. Sky Hawk possède la force nécessaire à rendre la lecture passionnante et magnifique à chaque nouvelle page. La mise en scène de Taniguchi atteint des sommets dans ces paysages verdoyants. Essayez, comparez à la masse de mangas et constatez la différence.

Sans doute pas le meilleur titre du maître mais un titre largement au dessus de la moyenne. Sky Hawk s'impose comme une bonne histoire pour appréhender le western d'un autre point de vue en dépit de quelques raccourcis simplistes et manichéens.

Partager cet article
A voir

Zombie Loan

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques