8/10

Spirit of the Sun

Le ‘big one' est ce séisme redouté par plusieurs pays connaissant des secousses importantes sur leur territoire : état californien, Moyen Orient, Chine et bien sûr Japon. Dans cette optique, vivre dans l'attente cette catastrophe naturelle devient une part du quotidien, une sorte d'épée de Damoclès pesant au dessus de têtes qui préfèrent oublier plutôt que de vivre avec la peur au ventre. Kaiji Kawaguchi (Zipang, Seizon Life, Eagle), auteur nippon en vogue et taxé de nationaliste, entreprend de s'étendre sur le sujet d'un archipel frappé de plein fouet et forcé à l'exil devant l'importance des dégâts. Mêlant contexte géopolitique, sociologique et émancipation d'un héros atypique, Spirit of the Sun arrive avec un gros bagage d'arguments aussi bien marketing que réalistes. Et si l'enthousiasme est de rigueur, quelques légers points noirs viennent assombrir cette lecture rayonnante...

Jours sombres au pays du Soleil Levant

Les japonais n'ont rien vu venir. En ce 10 août 2002, les instruments sismologiques ont détecté un tremblement de terre de magnitude 8.8 réveillant le paisible et inactif Mont Fuji. C'est le début du scénario catastrophe : tsunami, nuées ardentes, coulées de lave, répliques sismiques, le Japon est en flamme et même pire l'île principale de Shokoku est scindé en deux. Les secours chinois et américains sont forcés d'intervenir en annexant le territoire et obligeant la population nippone à l'exil dans les contrées voisines. Au beau milieu de ce chaos, le tragique destin du jeune Gen'ichiro Ryû va s'avérer exceptionnel. Ce sont seize années d'embûches qui attendent ce gamin intrépide défendant des valeurs perdues, phénomène unique dans un monde en ruines, avec un seul but : revoir sa terre natale pour retrouver cette famille dont il a été séparé.

Passons sur le constat de base séparant Gen'ichiro de sa famille qui ne sert qu'à amplifier la trame la plus intéressante car si Kaiji Kawaguchi n'est pas le premier à avoir pensé à ce type de scénario catastrophe parmi les auteurs de manga (on pourra citer le bon Dragon Head par exemple qui allait plus loin dans le constat d'un pays ravagé), il parvient à insuffler un nouveau souffle en introduisant des thèmes peu fréquents. En effet, l'objectif de Kawaguchi n'est pas tant de proposer un énième manga au suspense haletant contre les colères de Mère Nature mais bel et bien de décrire une situation opposant le peuple japonais à ses craintes existantes dans l'élite japonaise à savoir une perte du statut du leadership commercial asiatique avec la Chine, un retour de bâton de l'Histoire du aux terribles massacres réalisés lors des extensions guerrières nippones dans l'ensemble de l'Asie et un envahissement de l'archipel. Par conséquent, le contexte politique et géopolitique est très prononcé dans Spirit of the Sun, dénonçant aussi l'incapacité japonaise à réagir devant l'exiguïté de son territoire, l'adaptation et le traitement des réfugiés dans un nouvel environnement, les affres de la politique internationale, etc... il existe toute une liste de thèmes intéressants que Kawaguchi traite plus ou moins justement en fonction de son point de vue. A l'inverse, quelques discours grandiloquents sont peu passionnants.

Après un volume, le mangaka a été taxé de ‘nationalisme' avec cette oeuvre car elle diaboliserait les puissances étrangères face à un Japon en crise mais à bien y regarder, Spirit of the Sun ne prône pas un discours féru de propos ‘nippo-supérieurs' et reste ancré dans un contexte de réelle tension où les comportements des personnages représentent toutes les façades existantes politiquement comme socialement. La vision de Kawaguchi reste juste même si quelques débordements auraient pu être évités. Malgré cela, côté scénario, l'intrigue possède un bon rythme et multiplie les rebondissements, prenant son envol dès les premiers instants. Kawaguchi ne connaît pas les temps morts...

Under the rainbow

Si Kaiji Kawaguchi a la cote en ce moment dans les librairies, c'est sans doute à cause de la pression récurrente imposée dans ses oeuvres. Pas une seule seconde de répit n'est accordée au lecteur, la distribution des informations est prodigieusement orchestrée
même si les enchaînements sont parfois empêtrés dans de grosses ficelles scénaristiques bien visibles. Le brio de Kawaguchi réside dans le fait de donner un panel représentatif des émotions à chaque situation à travers l'ensemble de sa galerie de personnages. Les situations arrivent, marquantes, choquantes pour certaines, rappelant même des passages historiques connus. Mêmes si les personnages ne sont pas des modèles d'originalité, leur incarnation humaine de la succession d'événements les rend profondément attachants au milieu des tractations pour le pouvoir international dans leur dos.

Le trait de Kawaguchi laisse une impression mitigée avec des personnages terriblement expressifs et un découpage qui laisse apparaître une impression de grand spectacle comme une suite de plans cinématographiques avec moult détails. Malheureusement le retour de bâton se fait aussi sentir car Kawaguchi brade parfois quelques cases et laisse transparaître une certaine impression figée. Le travail reste pourtant au dessus de la moyenne sans apparaître comme un modèle du genre. Niveau édition, rien à redire, Tonkam connaît la musique et sait rendre une copie de qualité en mettant en valeur le côté graphique de l'oeuvre.

La diaspora japonaise se suit à tous les niveaux de lecture et tout lecteur devrait y trouver son compte : un certain sens de l'action, une intrigue différente de la masse de titres actuels, un goût prononcé pour le sens de l'humanité et de la solidarité internationale. La qualité du récit de Kawaguchi immerge pleinement un peuple dans sa descente aux Enfers même si quelques remarques pro-nationalistes peuvent éventuellement paraître douteuses aux yeux de certains. Spirit of the Sun trouve un écho encore plus grand que son premier volume est paru juste après les terribles événements asiatiques du au tsunami du début d'année 2005.

A découvrir

Stairway to Heaven

Partager cet article
A voir

ZatchBell !

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques