5/10

Spriggan

Spriggan est le parent pauvre d'Akira : en repompant allègrement ce dernier et en propulsant Otomo au rang de superviseur (c'est à dire qu'il ne sert a rien, sinon à avoir son nom au générique), cet anime tente de se faire passer pour le nouveau chef d'oeuvre de l'animation japonaise.

Hélas, trois fois hélas...

Des chercheurs découvrent par hasard une ancienne civilisation, et avec elle, un message d'avertissement : "Que les arts créés dans les ténèbres infinies retournent dans les ténèbres infinies". Une phrase bien osbcure, qui prend à peine plus de sens lorsqu'on sait que cette civilisation, incroyablement avancée techniquement, a été détruite par sa technologie, qu'elle ne maîtrisait plus. Une organisation a été crée pour protéger l'humanité des restes de cette civilisation que l'on commence à retrouver un peu partout sur la planète. Ses membres s'appellent les Spriggan et l'élément numéro 1 de cette division (puisqu'il s'agit clairement d'une armée) est un jeune garçon de 17 ans : Ominae Yu. En sa qualité de tête brulée, il va donc foncer en Turquie lorsqu'il apprend qu'on y a retrouvé l'arche de Noé, arche qui semble non seulement avoir d'étranges pouvoir, mais aussi qui semble être terriblement convoitée par le gouvernement américain.

Au premier abord, on ne voit pas bien en quoi Akira et Spriggan sont liés. Mais il ne faut pas chercher bien longtemps pour trouver le parallèle que l'on peut faire enter les pouvoirs de l'arche, leurs utilisations et ceux d'Akira. Et pour celui qui a vu a quoi ressemble le méchant, l'envie de jouer aux 7 erreurs avec un des plus grands films / une des plus grandes séries de l'histoire du cinéma d'animation japonais / du manga est vraiment tentant. Si vous ne reconnaissez pas Tetsuo en l'avorton qui se prend pour Dieu, qui possède les mêmes pouvoirs que lui, qui prend des drogues pour survivre et qui a des cables qui sortent du corps, c'est que vous ne connaissez pas du tout Akira. La ressemblance est si frappante qu'elle en est dérangeante. Encore que si elle s'arrêtait là, on pourrait à la rigueur ne pas trop tiquer. Mais tout dans cet anime rappelle le chef d'oeuvre d'Otomo. Et ce qui pourrait passer pour de l'originalité (comprendre ne venant pas directement d'Akira a déjà été vu et revu dans d'innombrables animes)
Ce qui étonne le plus, c'est qu'au vu du scénario baclé, on pense que cet anime est un pur produit commercial. Mais en fait, il s'agit d'une adaptation d'un manga de Ryouji Minagawa. L'auteur est déja connu pour avoir fait ARMS, un manga qui louche sur Akira, mais qui ne s'en inspire pas de manière aussi flagrante. De là a dire que l'auteur manque cruellement d'imagination, il n'y a qu'un pas, que je laisserai aux mauvaises langues le soin de franchir.

Vous avez dit action ?

Ceci dit, on comprend très vite que cet anime n'est rien de plus qu'un film d'action pur et dur. Et bien que le site officiel en parle comme d'un égal de Princesse Mononoke et de d'Evangelion, il ne soutient la comparaison avec ces deux monstres sacrés que sur un point : celui de l'animation.
Spriggan est beau, et c'est bien la seule chose qui est en sa faveur. L'animation est un sans faute, qui prouve que même sans avoir recours à la 3D à outrance, on peut faire de l'animation plus que correcte, et que si des longs métrages sont encore mal animés, il n'ont pas d'excuses.

Spriggan fait surtout penser au film Ong-Bak : de l'esbrouffe, de l'action et un scénario lamentable qui tient sur une feuille de papier à cigarette. Mais là ou le film philippin assumait parfaitement son coté série B, l'anime tente de se parer des atours de la respectabilité. Il nous prouve surtout qu'un nom connu au générique peut faire vendre, mais ne fait pas nécessairement la qualité d'un anime.

Pire, cet anime se double d'une pseudo critique des USA. J'espère que vous aimez la critique gratuite et peu profonde, car c'est tout ce que propose cet anime : les américains sont tous des fous patriotiques qui n'hésitent pas à commettre des crimes affreux au nom de leur nation et pour la protéger. Ce sont des gens sans foi ni loi qui n'hésitent pas à se servir des hommes, puis à les jeter. En somme, une critique simpliste et limitée qui ne plaira à personne. On s'en serait bien passé.

Pour résumer Spriggan, on a besoin de deux mots : creux et ersatz. Creux pour l'anime en général, et ersatz pour la repompe honteuse d'Akira. On comprend mal comment Otomo a pu se compromettre dans un tel anime. A éviter, sauf si ce que vous recherchez ressemble à un film d'action.

A découvrir

Dispersion

Partager cet article

A propos de l'auteur

    4 commentaires

    • Anonyme

      18/05/2008 à 18h54

      Répondre

      Bien sûr, il ne faut pas le comparer à Akira. On retrouve dans le character design la similitude avec Akira, mais cela s'arrete là.


      On pourra tout de même apprécier l'action du film ainsi que la technique employée (qualité du dessin et de l'animation), et la réalisation dynamique.

    • Anonyme

      27/02/2010 à 14h03

      Répondre

      pas d'accord avec ta critique. c'est pas assez subjectif. si pour toi tout les animes ou films ou un enefant fait de la telekinesie = copie de Akira, t'es mal barré. car y en a des centaines.

    • Anonyme

      03/10/2010 à 22h49

      Répondre

       Connaissant le manga, j'ai été très déçu par le choix du scénario, ils ont voulu en mettre plein les yeux avec l'histoire de l'arche, toujours cette même histoire. Glénat avait sortie un tome ou plutot un chapitre,  paru a l'époque dans le recueil Kameha, c'était vraiment limite. L'univers de spriggan est pourtant assez riche en scénario, pour que le réalisateur puisse approfondir le sujet. Voila un bon manga pas assez connu, et qui finira aux oubliettes, a cause d'un anime  médiocre, c'est dommage.

    • Anonyme

      24/10/2010 à 08h55

      Répondre

      La critique est un peu forte, mais en gros je la soutien.

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques