6/10

Step

Vampire, vampire, vampire... A toutes les sauces et encore une fois de plus côté chinois dans ce manhua. Step confirme la fascination asiatique pour les mythes et légendes européennes retravaillées avec un ton beaucoup plus léger que l'original. Les immortels perdent quasiment tout romantisme (excepté Vampire Hunter D) pour ne devenir que des pastiches simplistes. Mais à travers ce manhua, ce sont tous les contes fantastiques et mythologiques de la civilisation européenne qui sont proposées sur un ton amusant et servi tant bien que mal par un dessin tout en couleur mais inégal.

One Step beyond

Dynasty-Tang, une jeune vampire, a perdu toute sa famille. Elle est protégée par M. Han, vampire lui-même et chasseur de monstres. Mais ses motivations ne sont peut-être pas aussi amicales qu'il le prétend... Ce qu'il veut, c'est le sang de la jeune fille, doué de pouvoirs magiques. Et ça, il ne pourra pas le garder pour lui éternellement. D'autant qu'il n'est pas le seul à convoiter ce trésor !

Sur cette intrigue principale en fil rouge, viennent se greffer douze histoires sans aucun rapport mais destinées agrémenter le côté fantastique de l'oeuvre. Les scénarios composées d'une dizaine de pages chacun se succèdent à la vitesse grand V car l'action est mené tambour battant à travers des nouvelles mettant aux prises les monstres et esprits les plus célèbres de la littérature fantastique dans des positions inattendues : Dracula en grand frère bienveillant, le monstre de Frankenstein en protecteur au grand coeur, des bêtes indomptables en animaux de compagnie... Yan Shu YU propose un « one-shot en deux volumes » avec une intrigue relativement conventionnel mais dont le dénouement laisse prévoir quelques surprises.

Seul Pieu le sait

L'humour omniprésent tourne en dérision l'intégralité des personnages proposés aussi bien les héros sans peur et sans reproches que les monstres bancals. A cela, s'ajoute une dimension tragique et un secret qui ne demande qu'à être percé pour permettre à Step de devenir complet. Sur le plan du scénario, l'avancée se réalise progressivement à travers la première moitié et ne demande qu'à se conclure à sa juste manière. Pour autant, le ton léger et le manque de développement des histoires courtes laisse quelques nouvelles désespérément passables ou sans intérêt notable.

Graphiquement, l'attrait de l'oeil pour des couleurs bien senties ne peut que se montrer positif car donnant au manhua une originalité grandissante dans le tramage noir. Par contre, il devient peu évident de qualifier le dessin, l'auteur étant capable de prouesses autant que de SD basiques et très limités. Et lorsque les deux se succèdent d'une case à l'autre... Globalement, c'est plutôt la seconde qui domine avec un manque de détail évident, la démarche peut sembler alors hasardeuse ou vaine mais le côté action vient estomper ces doutes par rires et sourires.

Moins naïf et basique que ses collègues chinois parus récemment rendant des oeuvres manichéennes et simplistes (Mélodie d'Enfer, La Quête de l'Esprit Céleste), YU parvient à tirer Step vers le haut par un côté fantastique mis en avant. L'ouvrage, un peu cher, restera sans doute confidentiel mais permet à Xiao Pan d'offrir une lecture relativement intéressante.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques