6/10

Suikoden V

Nouvel épisode de la saga vidéoludique adapté au format papier pour un résultat quasi-similaire.

 

An 237 du Nouveau Calendrier : Sol-Falena, capitale du royaume de Falena, tombe entre les mains d'envahisseurs du royaume d'Armès... La reine en personne, qui manie pourtant le pouvoir dévastateur de la Rune de l'Aurore, l'une des 27 Runes sacrées disséminées de part le monde, a été assassinée. Son fils, le prince Ardil, est le témoin impuissant de cette invasion, mais grâce à la Garde rapprochée de la famille royale, il parvient à avoir la vie sauve. Quels obscurs événements ont bien pu mener à cette terrible tragédie ?

Suikoden V
Suikoden V
Depuis l'avènement de la Playstation, les gamers connaissent un sympathique RPG répondant au nom de Suikoden, le troisième volet en l'occurrence. La saga compte désormais de nombreux épisodes ainsi que son lot de produits dérivés. Ainsi, le manga fait parti intégrante du projet et contribue à relater l'aventure dans ses grandes lignes avec une nouvelle mouture pour Suikoden V. Mais avant tout, le suikoden est une spécificité typiquement extrême-orientale avec un chiffre récurrent : 108. Un autre manga, Au Bord de l'Eau l'exprime parfaitement... Pour faire un bon suikoden, il faut donc un certain nombre de personnages, une histoire épique et des combats à foison. En version moderne, cela donne à peu près la même chose avec de l'héroïc fantasy.

Concernant cette nouvelle aventure, nous assistons à la chute d'un royaume et à une guerre ouverte entre trois parties. Les débuts s'avèrent sans surprise, le contexte demeurant conventionnel. Le protagoniste se montre lisse tandis que les personnages secondaires n'arrivent pas à tirer leur épingle du jeu. Avec ce manga, on retrouve les mêmes qualités et défauts déjà vus dans Suikoden III. L'aspect graphique change mais se trouve placé à un niveau similaire avec Mizuki Tsuge. Le chara design et l'environnement reprennent les caractéristiques banales du genre...

Peu de surprises concernant ce nouveau volet d'une série qui s'inscrit dans le cadre d'un cahier des charges assez draconien, laissant peu de place à la création. Néanmoins, le rythme s'avère conséquent et ne laisse pas transparaître un quelconque relâchement pour une évolution rapide...

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques