7.5/10

Summer Wars

Les geeks peuvent-ils sauver le monde et trouver l'amour ? Summer Wars nous propose de le découvrir...

Kenji, un lycéen timide et surdoué en mathématiques, effectue un job d'été au service de la maintenance d'OZ, la plateforme communautaire d'Internet qui regroupe des millions de personnes à travers le monde. À sa grande surprise, la jolie Natsuki, la fille de ses rêves, lui propose de l'accompagner à Nagano, dans sa maison familiale, pour l'anniversaire de la matriarche du clan Jinnouchi. Mais ce qui promettait d'être une simple fête de famille va rapidement prendre une tournure bien plus belliqueuse…

 


Summer Wars
Les histoires de sauvetage du monde par les geeks ont la cote. Avec Bloody Monday d'un coté et Summer Wars de l'autre, le manga possède deux bons spécimens d'histoire où le fleuron de la technologie devient un redoutable pouvoir. Mais la comparaison s'arrête à ce niveau car si Bloody Monday a tout du thriller, Summer Wars évolue sur un registre beaucoup plus ambigu, intimiste et insensé. L'histoire principale attire bien évidemment l'attention avec la découverte d'un monde virtuel, sorte de grosse communauté mondiale… Mais c'est bien la découverte du clan Jinnouchi qui devient passionnante à travers les yeux d'un étranger à cette famille. Kenji, retranché derrière sa timidité et son manque de prise de position chronique va se révéler au contact de ces personnes aux caractères aussi différents que variés mais trois ressortent principalement : la matriarche, le rebelle et la belle Natsuki. L'ensemble peut sembler confus et disparate mais se révèle être une mécanique bien huilée…

 

Quand le dessinateur de Variante et l'auteur d'Evangelion font équipe, le résultat ne peut être que réussi. Si les personnages principaux ne possèdent pas de caractéristiques singulières, l'ensemble des personnages représentent une véritable famille dans toute sa complexité. Les auteurs décrivent plus qu'une famille, un clan dans lequel chacun joue un rôle primordial. Surtout lorsqu'il s'agit de réparer les dégâts causés par l'un d'eux… Côté graphique, Sugimoto propose un trait fin et travaillé, avec des personnages possédant un chara design propre et un remplissage des plus corrects. Il manque juste une petite pointe de folie dans cet emballage attrayant pour en faire un titre encore meilleur.

 

Le film du même nom vaut lui aussi le détour. Cette aventure sympathique profite de ces nombreux sujets de départ et d'un développement court (trois volumes au total) pour se poser comme une alternative à la lecture d'une série au long cours.

A découvrir

Shugo Chara !

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Plax

    13/02/2011 à 13h59

    Répondre

    J'avais beaucoup hésité à me l'acheter lors de mon dernier passage à la FNAC, j'hésiterai peut être moins la prochaine fois =)http://manga.krinein.com/summer-wars-21732/critique-15148.html

  • Dace

    16/02/2011 à 12h30

    Répondre

    Curieuse de le découvrir en manga. J'ai adoré le long métrage.

  • OuRs256

    03/04/2011 à 18h26

    Répondre

    Le manga est assurément un bon choix pour quelqu'un qui aurait aimé le film (qui est vraiment excellent, il faut le dire). Pour moi, les quelques ajouts (2/3 scènes par-ci par-là) du manga justifient son achat.

    Pour Plax: une série en 3 tomes tirée d'un aussi bon long-métrage, effectivement, il faut que tu hésites moins ^^.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques