Les Taifu du mois de mai 2014

L'ami Meloku vous propose sa review des Yaoi/Hentai du mois !


Un amour de cuisinier
 : La colocation, ce n'est pas tous les jours facile. C'est ce que va apprendre Kei, un apprenti cuisinier qui se décide à emménager avec trois charmants jeunes hommes afin de vivre une vie plus saine. Mais son espoir de plénitude tourne vite au cauchemar quand il découvre une maison sans dessus-dessous et le caractère bien trempé de ses nouveaux colocataires. Heureusement pour Kei, il gagnera leur sympathie (voir plus) grâce à la cuisine. Un amour de cuisinier est un one shot très agréable à lire car son auteure maîtrise bien les codes de l'humour. C'est frais, léger, et on se prête facilement à sourire. Toujours sous couvert de cuisine et de romance homosexuelle, plus le manga avance et plus l'auteure délaisse l'humour pour tendre vers le mielleux. On se prend au jeu, et il devient alors très difficile de lâcher le livre. On pourra cependant reprocher que l'histoire se concentre sur Kei et Shohei et relègue loin derrière les deux autres colocataires. Un chapitre bonus leur est consacré, mais on en aimerait plus. De la même manière, l'auteure nous bassine tout le long du manga avec un concours de cuisine pour au final le zapper complètement. Enfin bon, c'est du chipotage. Car même si on reste sur notre faim, le trait de crayon de Junko et l'énergie positive que dégage Un amour de cuisinier en font un met succulent.


Crazy Affair
 : Un policier zélé, un voyou désinvolte, une histoire d'amour, le ton de Crazy Affair est donné. Asumiko Nakamura raconte l'histoire de Takachiho à partir du moment où il capture Nanami, un escroc recherché. Il se menotte à lui et tente de le ramener au commissariat. Mais tout ne se passe pas comme il le souhaite. En effet, sous ses airs de grand naïf, Nanami prend le contrôle de la situation et séduit petit à petit le détective. Plus le récit avance, et plus on en apprend sur les raisons de cette course-poursuite. De même, Takachiho se demande peu à peu si Nanami le manipule ou si ses sentiments sont sincères. C'est avec beaucoup d'attention qu'on suit l'histoire de ces deux personnages, mais la principale force du manga tient dans le coup de crayon de son auteure. Un trait épuré, allongé, reconnaissable d'entre mille et dont on ne se lasse pas. Et ça tombe bien, puisque Crazy Affair est agrémenté d'histoires supplémentaires plus ou moins courtes. Parmi elles, on retiendra particulièrement Non-non, dont la narration ne laisse pas de marbre. En somme, Crazy Affair est un excellent boy's love, une figure immanquable pour qui s'intéresse au genre. On espère maintenant qu'Asumiko Nakamura sera à nouveau publiée en France, et dans d'autres genres que le boy's love, afin qu'un public plus large puisse découvrir cette talentueuse auteure.


Ameiro Paradox 1
 : Onoe surprend sa petite amie dans les bras de Kaburagi et, une semaine plus tard doit travailler en équipe avec ce même Kaburagi. En effet, les deux jeunes hommes sont journalistes pour la même revue. En plus de lui en vouloir pour lui avoir piqué son ex, Onoe subit un complexe d'infériorité par rapport à l'excellent journaliste qu'est son nouveau collègue. Leur relation semble mal engagée, et pourtant... Et oui, on a là tous les clichés d'un boy's love : Deux personnages au caractère différent qui se détestent au début et vont fricoter une fois qu'ils auront appris à se connaître. Ameiro Paradox propose une histoire classique, mais diablement efficace. Même si nous pouvons deviner le déroulé du scénario dès les premières pages, on reste accroché grâce aux mystères dégagés aussi bien par les personnages que leurs enquêtes journalistiques. De plus, le trait de l'auteure, loin d'être désagréable, permet une bonne immersion dans le manga. En définitive, Ameiro Paradox est un bon manga, mais pas indispensable. On espère que le second volume nous surprendra un peu plus.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques