7.5/10

Timing

Léo Ferré chantait le temps qui passe, Kang Full dessine le temps qui recule, avance, se stoppe, repart et même celui qui fait des ellipses. Ils sont forts ces Coréens...

Young-Tak, un lycéen, possède le don d'arrêter le temps, Min-Huh, un travailleur en col blanc, a le don de faire revenir le temps 10 secondes en arrière, Sae-Yun, employée d'un fast food, a le don de prédire l'avenir dans les 10 minutes à venir. Ja-Ki enfin, enseignante, fait des rêves prémonitoires. Des vagues de suicides inexpliqués frappent le lycée où Ja-Ki enseigne l'anglais. Elle décide de partir à la recherche d'autres détenteurs d'un pouvoir semblable au sien. Ils pourront ensemble, espère-t-elle, tenter de mettre un terme au drame. Ils trouvent bientôt un allié inespéré en la personne de l'inspecteur Yang déjà vu dans Appartement. Mais la mort brutale de Young-Tak et du policier plonge le groupe dans le désarroi. Et si tout ceci était un complot minutieusement préparé par un ennemi invisible ?

 

Timing
Timing
Désormais, Kang Full devient l'un des fers de lance de la collection manga-manhwa de Casterman. Paru sous le label coréen, Hanguk, aujourd'hui quasiment disparu du paysage et fondu dans le nom de la collection mère, Timing se rappelle aux bons souvenirs des lecteurs ayant fait fi de leurs a priori négatif graphique à travers des titres comme Appartement et L'Idiot. Kang Full est un admirable conteur sachant mêler habilement émotion, surprise et manipulation scénaristique pour toujours atteindre des sommets étourdissants. A partir d'un banal fait divers, l'auteur monte de fil en aiguille une gigantesque fresque dont les tenants et aboutissants se dévoilent par séquences bien étudiées. Comme dans Appartement, l'ambiance fantastique prédomine et Kang Full y développe un univers de super héros du type M. Toulemonde, ayant une parenté notable avec la série télévisée Heroes (dont il ne se cache volontairement pas). L'intrigue se révèle véritablement accrocheuse, souvent proche du tragique, durant deux tomes et demi avant de ramer durant les soixante dernières pages et aboutir à un final légèrement désuet. Le temps joue un rôle de première importance et l'auteur l'utilise à merveille dans son récit pour en faire une composante commune.

Le style webtoon caractéristique à l'auteur est de nouveau reproduit avec succès dans ce grand format à travers lequel il s'exprime superbement. Une colorisation légère pour des fonds remplis en couleur unie, des personnages au design basique mais aux personnalités terriblement complexes, le néant concernant le sens du détail remplacé par une narration forte. Il s'avère bien évident que Timing ne compte pas véritablement sur son design pour séduire mais permet à l'auteur de s'exprimer avec aisance et sans artifice pour encore mieux s'approprier l'histoire.

Kang Full se révèle visiblement un auteur de talent et ce, même si Timing se termine comme le moins bon de ses titres parus jusqu'alors. Largement au-dessus de la moyenne du manhwa de base, l'auteur dépasse nos attentes avec une facilité déconcertante avant de retomber "bêtement" vers une conclusion généralise malvenue. La sortie de Chassés Croisés devrait sans doute ôter les derniers doutes aux derniers inconditionnels des scénarios passionnants.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques