7.5/10

Tokyo Toybox / Giga Tokyo Toybox

Chronique de la série originelle et de sa suite directe pour entrer dans le monde des jeux vidéos par la grande porte, celle de geeks créateurs délirants et à l'hygiène plus que douteuse !

Le Studio G3, un tout petit développeur de jeux vidéo d'Akihabara, à Tokyo. Son chef, Tenkawa Taiyô, un homme prêt à tout pour créer des jeux excitants.
Tsukiyama Hoshino, une jeune employée dynamique et à n'en pas douter très compétente d'une grosse société d'Ôtemachi, à Tokyo. Ces deux personnages se rencontrent un beau jour dans des conditions embarrassantes. Par-dessus le marché, Tsukiyama est envoyée au Studio G3 pour redresser la barre de l'entreprise !
Alors que la gestionnaire cherche à faire des jeux qui se vendent, Taiyô poursuit son idéal de jeu parfait. Mais une grosse société de jeux vidéo complote dans l'ombre...
Bienvenue dans l'univers des créateurs de jeux vidéo !

Tokyo Toybox
Tokyo Toybox
Trop cool d'être un créateur de jeu vidéo ! Sauf que... lorsque vous employez une équipe de débutants, que les problèmes et les retards s'accumulent, que le numéro 1 mondial de la branche veut vous écraser, il apparait difficile pour le studio G3 de survivre durablement. Et pourtant... La force Tokyo Toybox par rapport à d'autres titres sur le sujet (Akihabara@deep, Je travaille dans l'Animation) résulte tout simplement dans son intrigue qui parvient à se montrer passionnante au fil des pages, sans nous abreuver de détails techniques incompréhensibles mais avec de nombreuses références à la sous culture amusante. Le destin de cette petite entreprise se révèle être une petite légèreté amusante qui se poursuit dans la suite directe (suite à un changement de maison d'édition) sous le nom de Giga Tokyo Toybox. Mêmes geeks maladroits, aux relations humaines difficiles mais tout de même forts en caractère auxquels s'ajoute une petite nouvelle qui va émuler le titre par sa présence explosive... Au-delà de l'aspect purement scénaristique, une bonne d'humour est distillée à tout bout de champ et des thèmes tournant autour du métier fun mais finalement bien compliqué de créateur de jeu vidéo.

Le trait matérialise bien cet univers geek mais chic. Des personnages bien travaillésGiga Tokyo Toybox
Giga Tokyo Toybox
avec un beau chara design, un découpage sans faille et un sens du détail plus convaincant de la part d'Ume. On obtient un travail plus que satisfaisant qui compense le scénario léger de départ pour s'étoffer progressivement en l'espace de six volumes (en comptant les deux séries).

Un seinen prometteur dont le côté fun et ces personnages rigolos parviennent à donner une substance à un titre qui se révèle l'un des meilleurs dans cette sous-catégorie de manga technologique. Sûrement par le fait -justement- de ne pas trop s'y attacher et s'attarder plutôt sur des relations humaines toujours porteuses de sentiments... et de rires.

A découvrir

Legend

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    24/10/2008 à 11h00

    Répondre

    Réaliste et trés drole, je ne suis pas un expert du manga mais les dessins et le découpage semble pour celon l’e-presse dynamiques et entrainant. Enfin un manga qui unit joueurs lambda et Gamers, en faisant découvrir aux uns un univers réaliste exempt de certaints clicher tout en jouant sur sa réputation (fondeé?), et qui réspecte les autres tout en faisant vibrer la corde nostalgique (par ses références) et parfois empraint d’existentialisme en ce qui concerne les amateursdu 10ème art.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques