7/10

Touch, Théo ou la batte de la victoire - Film 02

IDP vidéo réitère à peine un mois après la sortie de Touch 01 - le film avec sa suite pour le plus grand bonheur des fans de Adachi et de sa série culte.
Question packaging rien n'a changé. Ainsi la jaquette est toujours en relief avec vernis et gaufrage pour un prix très attractif. Le contenu du Dvd lui non plus n'a pas changé, malheureusement. On ne retrouve donc aucun bonus si ce n'est les bandes annonces déjà vues de l'éditeur.
Techniquement, l'équipe du film est quasi la même et donc que se soit au niveau de la musique, que du graphisme et de l'animation il n'y a aucun changement à signaler.

Passons et concentrons nous donc sur l'attrait essentiel du Dvd, à savoir ce deuxième film de Touch, Théo ou la batte de la victoire. L'intrigue reprend là où s'arrêtait le premier film, c'est-à-dire juste après l'accident de Kim (Kazuya) et la perte de son équipe en final du championnat pour se qualifier pour le Koshien.
Les vacances passés, Théo (Tatsuya) intègre officiellement l'équipe de baseball pour remplacer son frère tandis que Debbie (Minami) délaisse peu à peu son rôle de manager de l'équipe au profit du club de gymnastique artistique.

Ce deuxième film intitulé : Le cadeau d'adieu sert en quelque sorte de transition dans l'histoire de Touch après le drame de la fin du film 01. Dans cette partie, on découvre un Théo plein de remords, qui doute et qui pense devoir remplacer son frère beaucoup plus populaire. Debbie quand à elle, certainement plus mature, décide d'aller de l'avant et tente de se détacher de Théo.
Si dans le manga ou la série télé, Adachi prend le temps de mettre en scène cette évolution du caractère des personnages, de montrer avec brio et justesse l'adolescence, dans le film la transition est beaucoup plus abrupte. Si le comportement de Théo est assez compréhensible du fait du traumatisme subi, celui de Debbie est moins crédible. Excepté vers la fin du film où on retrouve son personnage réel, le reste du temps on a du mal à la cerner. Dans le manga, le ton enjoué, innocent mais très mature de Debbie est restitué avec sensibilité par Adachi. Le mangaka arrive sans mal par des sous-entendus à expliquer le comportement de Debbie par son envie de fuir quelque temps la réalité. Dans le film, son comportement parait plus frivole.
Le même reproche pourrait être fait concernant les seconds rôles, trop vite introduits dans l'histoire sans réellement leur donner de consistance. Guy ne sert que d'opposant à Théo, quant à Zoe elle est relayée à un simple rôle de figuration.
Pour autant, le film offre une bonne alternative au manga - qui vient à peine de débuter chez Glénat - et à la série - toujours pas éditée en France. Au final on comprend et accepte que certains détails soient occultés mais on regrette tout de même, en particulier pour cette partie, le ton nostalgique si caractéristique de la série. L'atmosphère générale en prend donc un coup et contrairement au premier film les sentiments sont moins présents.

Espérons que le dernier film, prévu en ce début juillet offre une fin de qualité à une série qui le mérite. Dans tout les cas, saluons une fois de plus l'initiative de IDP Vidéo de nous sortir l'intégrale des film de Touch. Car à n'en pas douter, quel que soit le support utilisé pour raconter cette histoire, rarement une série aura autant ému. Plus qu'à attendre dorénavant le film live de la série en tournage actuellement au Japon.


A découvrir

Niji-iro Tohgarashi

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques