3.5/10

Touch, Théo ou la batte de la victoire - Film 05

Les meilleures choses ont une fin et à force de tirer sur la corde, elle risque de se casser. Voilà deux expressions que n'ont jamais dû entendre les producteurs et réalisateurs du cinquième film de Touch, Théo ou la batte de la victoire. Le quatrième qui faisait suite à l'histoire créée par Mitsuru Adachi marquait déjà une baisse de régime mais ce cinquième franchit une barrière qui sera dure à réparer.

Théo a repris le baseball et part pour les Etats-Unis afin de jouer dans une équipe semi-professionnelle. De son côté, Debbie a arrêté la GRS pour se consacrer à la photographie. Voilà donc Théo vers le chemin de la gloire mais une nouvelle fois séparée de sa bien-aimée. J'aimerais dire que ce film met l'accent sur le baseball, les relations amoureuses ou le développement d'une amitié entre les principaux protagonistes mais une fois le visionnage terminé on ne peut plus rien en dire tellement il ne se passe rien. Les scénaristes ont voulu tout développer pour obtenir au final un résultat inversement proportionnel à leur désir puisque le film ne se focalise sur rien.

L'histoire devient dès lors lente et dure à suivre. Le scénario n'a pas été bien pensé, se souciant plus de l'équipe américaine et des à-côtés que des personnages principaux. De plus, tous les américains parlent japonais, ce qui se révèle assez étrange. La musique omniprésente ennuie rapidement puisqu'elle n'a de raison d'être que pour combler un vide d'action et de dialogues. Debbie passe totalement au second plan et la relation amoureuse avec Théo s'en trouve détériorée. Malheureusement, les scènes de baseball ne font qu'empirer la situation puisque l'on se trouve face à une animation figée qui ne reflète aucunement le sport. Un petit flash sur un lancer ou un coup de batte et puis s'en va. Le film est très loin du numéro 3 à ce niveau.

On sent dès lors que les animateurs n'ont pas fait de gros efforts puisqu'ils préfèrent les plans fixes aux scènes vivantes. Même les quelques mouvements de lancer n'ont pas l'impact qu'ils avaient dans les films précédents. Les couleurs ont également légèrement évolué, plus vives et dans la mode de ce qui se fait aujourd'hui. Seul le chara-design et la belle jaquette d'IDP conservent la qualité des précédentes versions.

On appellera le cinquième film de Touch, Théo ou la batte de la victoire simplement un ratage. Les quatre précédents opus avaient été une bonne adaptation du manga d'Adachi, retranscrivant bien une atmosphère et des personnages particuliers mais cela s'arrête net avec cette réalisation. L'histoire est lente et inintéressante, les personnages pas captivants et les scènes de sport largement coupées. On s'arrêtera au numéro 4.

A découvrir

Patlabor - Film 01

Partager cet article
A voir

Fushigi Yugi

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques