7.5/10

Under the Same Moon

Bienheureux celui, comme Gen Minashiro, qui ne se préoccupe que du bonheur d'autrui sans penser aucunement à sa situation, aussi désastreuse soit-elle, ne mérite pas qu'on dise que la vie ne vaut pas d'être vécue. C'est en tout cas la philosophie du bonhomme. Oui, mais voilà, cette vision simple vient d'un autiste désoeuvré, vivant dans une bulle dans laquelle seuls deux enfants de son âge sont parvenus à entrer. Les jeunes années innocentes passées, Gen se frotte à la réalité du monde adulte pour un manga montrant les dérives sociales d'un pays dans laquelle la gentillesse n'a plus lieu d'être. Et ça s'appelle Under the Same Moon...

Fly me to the moon

Under the Same Moon (c) Sakka
Under the Same Moon (c) Sakka
Une nuit, le jeune Gen Minashiro s'évade d'une maison de redressement. Avec pour seul témoin, la lune. Des années plus tôt, Gen, surnommé Don-chan, passe ses journées en compagnie de Tetsuya. Inséparables, les deux enfants s'amusent de la faculté de Don-chan à deviner les pensées des gens, et à les représenter en dessins. Et puis vient le jour où ils rencontrent M. Coldman, leur mystérieux voisin étranger, et sa fille, Emi. Cette dernière, malade, devient très vite l'amie des deux garçons. Au point que Don-chan lui promet de réaliser son portrait, chaque année, pour son anniversaire. Un serment indestructible, prêté sous une lune bienveillante. Mais quelques années plus tard, un terrible évènement fait basculer leur existence...

Par certains côtés, le protagoniste de Under the Same Moon rappelle celui de Ki-itchi !! Chacun vivant dans sa bulle à contre-courant de la société actuelle, comme il en a envie, l'un agissant sous le coup de ses pulsions enfantines violentes, l'autre réagissant par une profonde gentillesse à toute attaque verbale ou physique contre lui. Gen est ce dernier, et à travers ses réactions c'est toute la philosophie de la non violence et du dévouement qui saute aux yeux, notamment le pouvoir de ne pas répondre (ou alors par un sourire béat), totalement déstabilisant pour la personne agressive en face. Avec son air ahuri, légèrement déficient mental, il se trouve à l'origine de réactions incompréhensibles comme un adulte empêtré dans un corps d'enfant sage. Le mangaka, Seichi Tsuchida, ajoute deux autres personnages importants tournant autour de son protagoniste pour une relation à trois tumultueuse. Le premier, Tetsuya, correspond à l'évolution type d'un enfant gagné par le monde adulte, mettant son ego au premier plan pour réaliser ses plans de carrière et de vie. Un homme, quoi, un type possédant une part sombre derrière ses allures angéliques, soit l'anti-thèse complète de notre héros. De l'autre part, celle qui peut-être considérée comme le point central de l'intrigue, Emi Coldman, jeune fille malade, dont les deux garçons, tombent éperduemment amoureux. Ce trio inséparable durant leur jeunesse va exploser pour une raison dramatique...

Décrocher la lune

Pourquoi ? Parce que le mangaka sait manier habilement candeur et ténèbres, secrets non dévoilés, tout en introduisant des passages intenses avec des affrontements verbaux sans concession et offrant à la dureté du monde réel celui de Gen, un monde d'artiste et ô combien lyrique derrière sa simplicité apparente. Under the Same Moon ne paye pas de mine à première vue mais il se densifie considérablement par la rencontre de nouveaux personnages (comme pour le Ki-itchi !! de Hideki Arai), découvrant un monde hostile, celui des yakuzas notamment à laquelle Gen devra faire face. Le gros point fort du manga est de parvenir à montrer une histoire de sentiments en toile de fond devenant prenante au possible. A première vue, pas de concurrence possible entre le simple d'esprit plein de candeur et le futur médecin gendre idéal... Mais la confusion régne chez Emi, elle aussi un peu enfant dans sa tête pour se rappeler à vie cette promesse. Car si tous deux lui sont entièrement dévoués, la réponse au mystère peut se lire dans ses yeux illustré par un mangaka adepte du trait réaliste.

Car graphiquement, Tsuchida se situe à cent lieux des autres mangakas. Sa plus proche comparaison serait Jirô Taniguchi mais il existe tout de même une différence de classe en faveur du second cité. Tsuchida sert un manga extrêmement travaillé à tous les points de vue : découpage, travail en profondeur, décor, expressivité, détail... Seuls ses personnages peuvent paraître un peu vieillots ou manquant de fintion (ah, les oreilles en chou fleur et les menton des frères Bogdanov !). Pour le reste, c'est du bon et le manga se lit avec plaisir car Sakka sait toujours régaler son lecteur.

Under the Same Moon met en scène un trio amoureux bien différent de ceux d'Adachi. Pas de place à la blague ici mais à un récit intense bourré de moments forts et à une véritable mise en scène d'un concept de vie. Tout à fait honorable, le manga mérite une place dans toute bonne bibliothèque.

A découvrir

Itadakimasu

Partager cet article
A voir

Girls Bravo

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques