8.5/10

Undercurrent

Le jury d'Angoulème a retenu Undercurrent pour son prochain festival. Coup de projecteur sur ce seinen qui mérite amplement sa sélection.

Kanae gère un établissement de bains publics avec son mari Satoru. Tous deux sont aidés dans leur tâche par la tante de Kanae. Lorsque Satoru disparaît mystérieusement, les rumeurs vont bon train : accident, fuite, liaison secrète... Beaucoup jugent la jeune femme, trop autoritaire, trop indépendante. Dans l'impossibilité de continuer à assumer la gestion de l'établissement sans son mari,Kanae accueille un jeune homme, M. Hori, envoyé par le syndicat des bains publics pour l'aider.

Undercurrent
Undercurrent
Au même titre que Ushijima, l'usurier de l'ombre et Les Gouttes de Dieu, Undercurrent fait parti de la sélection officielle du festival d'Angoulème. Cette sélection est dû autant à son intrigue qu'au talent de mise en scène d'un illustre inconnu, Tetsuya Toyoda. Ce manga d'auteur ne fait pas la part belle au fantastique ni aux héros à grande gueule, il tient juste compte de la difficulté d'une femme à se retrouver abandonnée dans la sociétémachiste nippone et ses campagnes où les rumeurs vont bon train. Bon gré mal gré, Kane tente de se rendre à l'évidence, la disparition subite et inexpliquée de son mari ne doit pas affecter son travail. Néanmoins, le "pourquoi" de cette disparition demeure la question phare du titre et ce ne sont pas les personnages secondaires curieux qui diront le contraire. Le personnage de Kanae se retrouve entre deux sentiments : une nostalgie non dissimulée sur son visage et le début d'un sentiment amoureux pour Hori , cet homme mystérieux dont on se demande la réelle fonction. Sous de faux airs de nonchalance, le manga parvient à prouver au fur et à mesure de son dénouement que la narration "à la Taniguchi" de Toyoda se révèle passionnante.

La confusion des sentiments joue un rôle déterminant dans Undercurrent. Derrière son apparente envie de rien, Kanae se révèle un personnage assumant un double rôle : celui de femme abandonnée et de chef d'entreprise courageux. le savant cocktail proposé par l'auteur parvient à trouver une justesse toute relative au travers des quelques chapitres auxquels se mélangent émotion et humour, apportés par des personnages secondaires hauts en couleur. Le remarquable twist final laisse pantois d'admiration, l'auteur ayant réussi à dénouer toutes les questions posées dans son manga en l'espace de quelques pages pour un résultat sensationnel. Le trait est profondément réaliste avec des personnages ressemblant à n'importe qui, l'auteur s'intéresse à l'aspect sociologique de la disparition pour "ceux qui restent" et par conséquent s'incrit dans la description de leur fort potentiel expressif.

Undercurrent se place comme un complément de Journal d'une Disparition et comme un titre à placer immédiatement dans la mangathèque de tout amateur d'excellents seinen. Une réussite incontestable qui pourrait rafler la récompense lors du festival BD. A surveiller pour ne pas couler.

A découvrir

Nekoten !

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Dat'

    19/01/2009 à 01h06

    Répondre

    La cover est superbe...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques