5.5/10

Vague à l'Ame

Et voilà qu'un nouveau recueil de nouvelles signé Mari Okazaki pointe le bout de ses bulles aux éditions Delcourt. Après le surprenant Cocon et le traumatisant Après l'Amour la Sueur des Hommes à l'Odeur de Miel, voici Vague à l'Ame.
Derrière ce titre évocateur se cachent quatre nouvelles plus ou moins longues et plus ou moins bonnes. Toujours les mêmes éléments se retrouvent dans chaque oeuvre, disposés de manière toujours différentes, donnant une bonne part du génie de l'auteur. Cependant, ici, nous touchons peut-être aux limites de sa créativité.
Vague à l'Âme
Vague à l'Âme
Vague à l'Ame
n'est pas un mauvais recueil, mais il n'a pas l'originalité ou la fraîcheur d'un Déclic Amoureux par exemple. Les bonnes idées sont là et une fois de plus on s'étonne devant la puissance de certaines images. Mais il manque ce petit quelque chose qui fait que tout s'enchaîne avec brio. A vrai dire, on peine même parfois à suivre la lecture tant elle est bancale. Les idées sont incomplètes, mal mises en oeuvres, trop prévisibles, ou, pire, se rapprochent de lieux communs.

Je disais que le génie de Mari Okazaki n'est pas remis en cause par cette oeuvre, qui est néanmoins parmi ses plus mauvaises. Mais il n'a pas cette force qui le caractérisait jusque là. Cocteau, qui n'a pas dit que des bêtises dans sa vie, a, un jour de particulière lucidité, eu ces mots : " Mettez un lieu commun en place, nettoyez-le, frottez-le, éclairez-le de telle sorte qu'il frappe avec sa jeunesse et avec la même fraîcheur, le même jet qu'il avait à sa source et vous ferez oeuvre de poète. Tout le reste n'est que littérature. "
Cette phrase caractérise particulièrement bien le travail de Mari Okazaki dans des oeuvres telles que 12 mois. A sa lumière, on peut aussi voir exactement ce qui va mal dans Vague à l'Ame. Le service de nettoyage a mal fait son boulot. On peut encore sentir de la poussière par ci par là. Et du coup, tout passe de travers. C'est bien dommage, car à chaque fois, on a envie de se laisser porter (la première nouvelle notamment aurait pu être géniale comme rarement), mais à chaque fois c'est un misérable vol plané, si ce n'est pire, qui attend le lecteur.

Vague à l'Ame rate sa cible. C'est bien dommage, car comme à un élève intelligent qui a loupé son interrogation de peu, on a envie de lui donner la moyenne, et c'est ce que l'on fera.

A découvrir

Envol (L')

Partager cet article
A voir

G Plus

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques