6.5/10

Vamos là!

Ils ont sorti un manga sur du foot en salle !!! Comment ça, vous ne me croyez pas ? Mais si je vous assure, même que ça s'appelle Vamos là! Pourquoi un nom espagnol ? Parce que c'est la classe bien évidemment !


Des cheveux verts, c'est rebelle.
"Violente et asociale, Yû est la terreur de son lycée, personne n'ose l'approcher ! Et ne lui parlez pas de vie sociale : une fois les cours terminés, elle file chez elle.
Mais son quotidien est chamboulé par la très communicative Asami, la coqueluche de tout l'établissement, qui l'invite à rejoindre la joyeuse équipe du club de foot en salle. De nouveaux horizons s'ouvrent alors à Yû, les joies de la vie lycéenne japonaise : les cours, le bentô entre amis et les activités du club… Mais pour cela, il lui faudra maîtriser son sale caractère d'ours et ça, c'est loin d'être gagné !"

Avec un pitch pareil, Vamos là! n'avait rien de spécialement original si ce n'est son thème. Vous avouerez que trouver un manga qui parle de foot en salle, ce n'est pas donné partout. On commence donc la lecture assez intrigué mais on la termine un peu sur notre faim. En effet, le sujet qui suscitait l'intérêt est certes central, mais carrément éclipsé par le côté romantique de la série. Les histoires d'amour ont la part belle et occupent la majeure partie des planches. Coup de chance, les lycéens ont un terrain de
Une très jolie cover arc-en-ciel.
chasse super bien fourni. Entre la coqueluche du lycée Kume, la très amicale Yuriki, la sensuelle Urakabe et la mignonne Okada, les garçons ne sont pas près de s'ennuyer.

Les personnages restent, dans l'ensemble, assez cliché. On remarque que Kume est parfaite dans son rôle de star du lycée : elle est belle, pas bête et athlétique, tout pour réussir ! Yuriki est dynamique et n'hésite pas aider les autres quand il le faut, ce qui en le personnage de soutien parfait. Urakabe et ses lunettes en font l'intello ténébreuse qui sait tout. Notre héroïne Kamasaki Yû est nonchalante, violente, presque racaille. Elle est perdue et son club de foot en salle lui permettra de s'épanouir et de trouver une façon d'être heureuse. C'est d'ailleurs ce qui ressort de la fin de la série. Si Kamasaki a rejoint
Tout le monde, il est beau !
le club, c'est parce que jouer lui plaisait. Le fait de trouver des amies, de s'impliquer un peu plus dans sa vie de lycéenne (surtout d'avoir une vie de lycéenne en fait) fait que le personnage change complètement comparé à la racaille asociale qui terrorisait les autres.

Au niveau du dessin, on trouve quelque chose de net et très précis. L'auteur est probablement passé par un autre type de manga avant celui là (les formes des demoiselles n'auront plus de secrets pour vous à la fin du tome 3), ce qui rend le tout un peu ecchi et pas vraiment désagréable puisque ça reste utilisé avec parcimonie et avec bon goût. Par contre, ne vous attendez pas à des terrains de 20 km et à des ballons ovales, je crois que Captain Tsubasa a le monopole sur ce genre de choses ! Cependant, les matchs restent plutôt dynamiques et le résultat est clair. On est loin de certaines phases brouillon où l'on ne comprend plus ce qui se passe (comme parfois chez notre ami Tsubasa). Les jeux d'ombres sont également bien utilisés mais c'est normal, sans ça, impossible de mettres les formes de nos héroïnes en valeur et quand on voit leurs poitrines au lycée, on se demande jusqu'où ça va aller une fois à l'université...

Au final, Vamos là! est une petite série sympathique que vous pourrez lire à la plage où dans votre lit avant de dormir. Pas de prises de tête, un sujet peut-être un peu sous traité quand on voit les possibilités qu'il y avait au départ avec ce type de thème. Il faut dire aussi que 3 tomes, c'est très peu. L'auteur a donc probablement du se concentrer sur les éléments principaux et ne pas faire de détours. Peut-être pour une prochaine fois... Vamos !

A découvrir

Beelzebub T.4

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

3 commentaires

  • Plax

    21/10/2011 à 12h27

    Répondre

    Pas besoin de scénario dans un manga quand il y a des filles aux gros seins ! C'est vrai aussi pour les jeux vidéo (Bayonetta)http://manga.krinein.com/vamos-la-23995/critique-17435.html

  • Canette Ultra

    21/10/2011 à 13h02

    Répondre

    Plax n'a pas tort ...

    En plus, l'excuse :"c'est un manga sur le foot en salle" est parfaite

  • naweug

    21/10/2011 à 20h46

    Répondre

    Vivement le jour où les auteurs recommenceront tous à faire des trucs intéressants. Parce que les parutions manga, comme celles de BD d'ailleurs, sont fadasses pour 90%..

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques