7.5/10

Une Vie Chinoise

L'histoire commence à l'extrême sud de la République populaire de Chine, dans la province du Yunnan, le 13 octobre 1950. Le Secrétaire Li enseigne les préceptes révolutionnaires. Dans un bourg où il s'arrête, on ne comprend pas tout ce qu'il dit, mais il charme la foule. C'est là qu'il est lui-même séduit par la belle Xiao Tao. Quelques années plus tard, un petit garçon naît de leur union : c'est le narrateur de cette histoire. Fervent admirateur de Mao Zedong, son père lui enseigne dès le berceau à dire « Que notre président Mao vive dix mille ans ! »… C'est à travers les yeux de l'enfant qui n'a jamais connu que ce régime que nous découvrons la Chine de Mao…

 


DR.
Les soixante dernières années de la Chine vu à travers l'histoire vraie de Li Kunwu constitue un formidable témoignage sur l'évolution du pays et sa population. En seulement trois tomes, Une Vie Chinoise donne les clés pour mieux appréhender la Chine décrite comme ultranationaliste. Soucieuse de respecter les directives du pouvoir, étant même prête à de nombreux sacrifices, la population vit entre tradition et modernité, communisme et capitalisme, privation et exubérance… difficile pour l'occidental de s'y retrouver. Li Kunwu y décrit sa jeunesse, l'âge adulte et la période actuelle, chacune pouvant être lu séparément. Si le premier tome est une introduction douloureuse à la vie de l'époque, le tome deux est sans doute encore plus marquant par la présentation et l'omniprésence du parti communiste dans chacun des actes de tous. Le troisième perd en intensité vers la moitié avec beaucoup de questionnements et de nostalgie en traitant de la société changeante actuelle…

 

Globalement, le témoignage est très fort. Les épreuves traversées par le narrateur sont simplement extraordinaires de force, de courage et d'abnégation. Mais le sujet est vaste alors des longueurs apparaissent et un certain nombre de passages se révèlent sans suite. A la liste des autres thèmes forts retrouvés dans cette chronique une relation père-fils complexe et traitée délicatement. Un modèle du genre. Au point de ne pas pouvoir lâcher le second tome du début à la fin. Les propos de Li Kunwu  sont mis en scène avec beaucoup de justesse à l'encre de Chine (avec l'aide de P. Ôtié) et ce, même si le découpage est souvent très surchargé.

 

Une Vie Chinoise est exceptionnelle dans son propos mais demeure perfectible. La collection Made In de Kana (que l'on ne présente plus !) accueille un manhua conjointement sensible et fort. Une vérité qui se rapproche de celle de Wild Animals. Une découverte ludique et culturelle sur la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain…

Partager cet article
A voir

Momoider

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • augusta

    07/04/2011 à 19h41

    Répondre

    Pourquoi pas? J'attends de l'avoir en main pour me faire une opinion mais le résumé est alléchant.http://manga.krinein.com/vie-chinoise-14778/critique-15617.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques