7/10

Vie des Gosses (La)

Tout est dans le titre. Lorsqu'un manhwaga se rappelle les douces années de son enfance, cela donne un ouvrage touchant, drôle et nostalgique.

Les petits fripons sont de sortie. Le monde l'enfance et toute la joie de faire les quatre cent coups se retrouve mis en avant une fois de plus dans La Vie des Gosses, titre évocateur et tout à fait représentatif de son contenu. Un one-shot composé de plusieurs histoires pleines de nostalgie sur des enfants espiègles et turbulents. Si le sujet manque de créativité, on se retrouve embarqué par la bonne humeur ambiante dégagé par le manhwa. Replongez dans votre jeunesse avec une bande de sales gosses qu'on aimerait ne jamais avoir en face de soi. N'accueillez jamais non plus Kim Hong-mo chez vous car son récit se veut autobiographique.

Jeunesse se passe

La Vie des Gosses (c) Kana
La Vie des Gosses (c) Kana
La Vie des Gosses
propose un ensemble de petits récits aux personnages récurrents et dont la couleur semble adaptée à chaque thème, à chaque histoire : un gris très prononcé pour une histoire plus dure et des couleurs plus vives pour exprimer l'enchantement. Voici un recueil doux-amer teinté de nostalgie, sur les tribulations de gamins espiègles… On y redécouvre aussi le plaisir des choses simples, de la nature, à travers le regard forcément naïf d'un enfant.

On a vraiment l'impression de se retrouver replonger en pleine enfance dès les premières pages. Des bêtises classiques menées dans la bonne humeur dans des cadres conventionnels d'enfance passée à la campagne (Le propriétaire des châtaigniers) mais embaumé par la fantaisie propre à l'enfance. Alors, les petits drames de la vie quotidienne sont amplifiés de manière démentielle (A la recherche de Bomulseom) ou à l'inverse une grave crise internationale démantelée par l'approche au premier degré d'un courageux gamin (Le général "Tol"). Rajoutez à cela une touche de poésie fantasque avec Epilogue et le dégagement d'une nostalgie à fleur de peau avec La rivière Hantaan et vous obtenez un recueil d'histoires courtes amusant, touchant, profond ou tout simplement enfantin. Sans être passéiste, le manhwaga parvient à rassembler les grands moments de cette période d'apprentissage de la vie, de la création du moi par la propriété aux petits exploits du quotidien qui font grandir. La Vie des Gosses dégage cette ambiance particulière - qui lui sied bien - retrouvable dans Mafalda : le monde appartient aux enfants et ce sont eux qui détiennent la vérité et les vrais solutions aux problèmes des "grands", avec cet idéalisme positif et magnifique.

Bêtises de Corée

Le titre faussemet naïf laisse donc place à un manhwa d'auteur paru dans la - toujours très bonne - collection Made In de Kana. S'il fait place à un concert de souvenirs orchestrés par un manhwaga en verve, La Vie des Gosses est plutôt illustratif avec un grand nombre de cases dépouillés de texte, laissant place à un travail tout en couleurs et en chaleur de son auteur. Kim s'attarde sur ses personnages pour leur donner un maximum d'expression représentatif de ces récits. L'une des plus réussies consiste à faire jaillir un second degré par l'intermédiaire d'illumination, signe d'incitation au déclenchement des quatre cent coups. Cette simplicité se retrouve dans le trait de l'auteur grossièrement pastellisé jusqu'à faire croire qu'un gamin y ait passé un coup de crayon.

Une petite lecture positive, pas bien méchante faut-il avouer mais qui laisse une bonne impression. On passe un bon moment à se faire plaisir avec cette tripottée de pieds nicklés toujours prêt à faire un mauvais coup. Un ensemble de souvenirs organisé avec humanité et simplicité, ça marche tout le temps.

A découvrir

Dofus Monster

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques