7/10

Virgin Complex - Amour, stalker et trahison

Au cas où vous n’auriez pas vu l’autocollant rond placé stratégiquement sur la couverture, Virgin Complex a été réalisé par l’auteure de Switch Girl, Natsumi Aida. Delcourt nous propose donc de découvrir les débuts de celles qui nous aura appris les joies du mode ON et du mode OFF.


Commençons par parler de la base : le format. Quiconque connaît un minimum le monde de la publication japonaise sait que les mangaka doivent souvent passer par la case histoires courtes avant d'avoir le droit à leur propre série. Virgin Complex est un recueil de celles de Natsumi Aida et il ne vous faudra pas bien longtemps pour découvrir la nouvelle éponyme. L'éditeur a eu la bonne idée de la placer en début de volume et je serais tenté de dire heureusement car c'est probablement la plus mauvaise. Elle nous dépeint les frasques d'Izu, une jeune étudiante de 18 ans qui passe pour une experte en amour alors qu'elle n'en a jamais vu les formes (dans tous les sens de l'expression). Alors qu'elle est décidée à changer les choses, elle fait la rencontre d'un garçon particulièrement agaçant à une soirée et la magie peut commencer… Enfin, on le croit mais c'est plus compliqué que ça. On sent dans cette première nouvelle toute la naïveté d'une auteure qui cherche encore son style (graphique et narratif) avec une histoire construite autour d'une bonne idée mais incroyablement mal mise en oeuvre. 

Les histoires sont loin d'être exemptes de défauts. Comme je l'ai dit auparavant, la première possède un intérêt plus que limité mais ce n'est pas tout. Chaque histoire semble avoir une fin assez précipitée et abrupte, ce qui est dommage quand on réussit à s'attacher aux personnages. Alors oui, on sait qu'on se lance dans la lecture de nouvelles mais la coupure est un peu trop nette et il y a toujours ce sentiment d'inachevé apporté par un deus ex machina venu de nulle part. Il y a aussi le souci du dessin, assez inégal d'une nouvelle à l'autre, qui donne des cases particulièrement vides dans les nouvelles qui sont venues en premier. Bon, ça ait partie du jeu et il faut l'accepter. 

Fort heureusement, mis à part la nouvelle éponyme, les trois autres sont un peu plus inspirées. Comme à son habitude, Natsumi Aida nous propose des personnages particulièrement attachants quand elle en a envie. La pétillante Misora des Volants Roses en est un exemple parfait mais ma préférée reste Momoko de Stalker Gogo. Cette deuxième histoire du recueil est, selon moi, la plus réussie. Elle condense tout ce que la mangaka fait de mieux : de l'humour, une romance légère mais surtout une héroïne déjantée. La jeune fille passe son temps à courir un peu partout pour convaincre celui qu'elle aime de ses sentiments. Elle est tellement folle de lui qu'elle va jusqu'à voler un uniforme du lycée de sa cible et va y mettre une ambiance assez géniale. En fait, je ne serais pas contre la revoir dans une série un peu plus longue.

Au final, on a le droit à un recueil sympathique pour quiconque apprécierait l'auteure et voudrait en savoir plus sur ses débuts. Pas sûr que les amateurs et amatrices de shôjo y trouvent leur compte tant les romances sont limitées mais Natsumi Aida nous montre quand même ses points forts tout en essayant de cacher ses points faibles. Même s'il n'est pas indispensable, ce recueil reste une lecture agréable constituant une fenêtre d'entrée dans l'univers déjantée de l'auteure de Switch Girl

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques