7.5/10

Que sa volonté soit faite T.7


Le jeune Keima n'avait pas de PFP
Les vacances d'été pointent le bout de leur nez et pour l'accro aux jeux qu'est Keima, c'est une véritable aubaine pour rattraper le retard qu'il a accumulé en termes de jeux de drague. L'absence d'Elsy, retournée dans le monde des démons pour faire un point sur les captures d'esprits échappés jusqu'à maintenant, lui laisse encore plus le champ libre. Malheureusement, il va être gêné par la visite de l'une de ses amies d'enfance, Tenri. La jeune fille est venue avec sa mère (ils étaient voisins -en diagonale- dixit Keima quand il était petit) pour "voir ce que leurs anciens voisins devenaient". Malheureusement, à son retour, Elsy se rendra compte directement que Tenri est possédée par un esprit et une de ses compétitrices, Nora, tentera par tous les moyens de le faire sortir, quitte à blesser la jeune fille et surtout, quitte à faire une erreur puisque l'esprit qui la possède a une nature différente des précédents...

Le dragueur le plus virtuel de la sphère manga est de retour dans un septième tome qui reprend l'un des thèmes de prédilection des jeux de drague : l'amie d'enfance. Dès le départ, on se retrouve dans un tableau où la fille est amoureuse du garçon qu'elle connaissait. Pourtant, une ombre vient se glisser entre les deux et l'esprit qui possède Tenri est bien particulier. L'histoire devient bien plus intéressante que dans le volume précédent où l'on avait droit à une capture presque trop simple d'une fille qui n'avait pas grand intérêt. Les révélations de l'esprit qui possède Tenri et l'arrivée d'une véritable rivale prête à tout, Nora, viennent pimenter un peu cette petite routine qui s'était installée depuis deux ou trois volumes et ce n'est pas pour me déplaire.

Le prochain volume devrait voir la fin de la mini-partie Airi. Pas de grande surprise et un nouvel arc narratif devrait débuter. Beaucoup de choses sont possibles pour la suite : explorer un peu plus les semblables d'Elsy, Nora et Hakua, faire apparaître une nouvelle proie pour le dieu tombeur, faire revenir le père de Keima... bref, il reste encore de nombreuses pistes pour que l'auteur développe son histoire.

Au final, on se retrouve avec un très bon tome qui relance une série qui était entrée dans une sorte de mini-période creuse. Les nouveaux personnages sont toujours plus sympathique et on regrettera peut-être que l'auteur ne fasse pas plus d'utilisation des anciennes "conquêtes" du dieu tombeur (oui, je sais, il les a utilisé dans un mini-arc complet mais c'était pas non plus très intéressant comme situation...). Avec les nombreuses possibilités qui s'offrent à lui, Wakaki ne peut que nous sortir du bon !

A découvrir

Coq de Combat T.1

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques