6/10

What's Michael ?!

Rions avec nos amis les chats à travers le come-back de What's Michael ?! chez Glénat. Et on se poile encore quinze après...

Équivalent japonais de Garfield ou de Niumao, Michael est un gros matou qui passe le plus clair de son temps à dormir, manger, et faire ses besoins dans les lieux les plus improbables. A travers un nombre incalculable d'histoires courtes, le monde de What's Michael ?! se révèle absurde, dingue et chat-oyant !

What's Michael ?!
What's Michael ?!
Pour faire du comique avec nos amis les chats, chaque pays possède presque son fleuron, le plus connu étant sans conteste sa majesté Garfield trônant du haut de sa cinquantaine d'albums sur le reste de ses congénères avec sa fégendaire fainéantise. Au Japon, seul neuf tomes sont consacrés à What's Michael ?! avec une base sensiblement différente. Ici les histoires courtes ne sont pas des strips, alors Makoto Kobayashi (Stairway to Heaven) peut s'en donner à cœur joie pour offrir des histoires absurdes, sans queue ni tête ou juste fofolles. Sont explorées : la vie de chat, leurs relations avec les hommes et de gigantesques délires nippons mettant aux prises nos amis les bêtes avec un grand nombre de situations inattendues (Godzichat, les chats reprenant les métiers d'hommes, etc...). Plutôt drôle dans l'ensemble, les histoires de chat ont cependant tendance à rapidement se répéter autour de quelques thèmes prédominants sur le côté mignon des animaux. Les relations avec les hommes s'en retrouvent d'autant plus valorisées avec un potentiel infini de situations. Mais le lecteur se retrouve dans l'attente de la troisième catégorie après avoir goûté aux scènes de danse...

Ce genre de titre comique sied à merveille à l'auteur comme son autre titre paru en France a déjà pu nous le démontrer. La ressortie de son titre, toujours chez Glénat, nous fait dire que la qualité se trouve encore au rendez-vous quinze ans après... Mais on peut se lasser de What's Michael ?! si les chats ne sont pas vos créatures favorites mais surtout par le biais d'un comique de répétition provoquant la saturation et un manque de renouvellement des situations prévisible. Kobayashi parvient pourtant à insuffler toute son énergie avec son trait offrant des « gueules » à ses personnages et à une observation sacrément pertinente du comportement félin malgré un remplissage quasi absent.

Un titre comique au capital sympathie intéressant mais qui a tendance à diminuer trop rapidement pour amuser sur la durée.

A découvrir

Dämons

Partager cet article
A voir

80°C

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques