2.5/10

Witchcraft Troops

Des militaires, de la magie, un monde dévasté, des femmes chats, des scènes d'action à tire larigot, beaucoup d'explosion... Un pot pourri du pire de la production asiatique.

Un futur lointain. Le continent d'Asie du Nord-Est est entré en collision avec le nouveau continent d'Areis. Cette collision efface plusieurs pays de la carte mais donne naissance à un terrain vaste et aride, appelé « Death Field », la lande de la mort. Cette lande est un terrain stérile à 90% mais se situe en plein milieu du nouveau continent et a une frontière avec tous les pays encore existants. Sa place est donc importante sur le plan géopolitique. Seuls les rangers composés de mutants contaminés par un virus aux pouvoirs surnaturels, appelés les « Witchcraft Troops » peuvent survivre dans ce monde hostile aux humains. A la solde de plusieurs pays, ils sont chargés de maintenir des points stratégiques. La Corée, le Japon et la Chine se disputent ce territoire à travers leurs troupes de rangers mutants qu'ils recrutent selon leurs pouvoirs plus ou moins puissants ou intéressants. Voici donc l'histoire de la guerre des « Witchcraft Troops » sur les terres de « Death Field ».

Witchcraft Troops
Witchcraft Troops
Confus est le mot caractérisant le mieux Witchcraft Troops. Après un déluge d'information lors de la présentation du titre à propos duquel on a beaucoup de mal à se situer, le couple d'auteurs du sonyung nous embarque dans un enchevêtrement d'actions encore plus confus et à travers un scénario où, il faut bien l'avouer, on ne comprend rien ! Nous voilà embarqué avec une troupe de militaires à la recherche d'on ne sait quoi, on ne sait où. Le seul truc, c'est qu'on est certain que, sur cette terre dévastée façon Akira ou Desert Punk, la loi du plus fort est sans aucun doute la meilleure. Entre SF et fantasy, les combats s'enchaînent et les boulets tirés dès le départ sont agrémentés de nouvelles confusions qui rendent le titre imbuvable dès son premier volume. Rapidement, on se désintéresse de ce scénario, pourri par une entrée en matière méchamment mauvaise pour tenter de glaner des informations sur cet univers mais au risque d'être déçu, cela reste très basique et linéaire entre deux batailles... Pas de quoi pavoiser et certainement pas non plus de quoi en faire une lecture régulière avec ses personnages clichés.

En plus de son scénario léger, Witchcraft Troops y mélange les défauts du dessin coréen, à savoir faire passer les scènes d'action avant tout le reste, soit le remplissage, le détail et l'ensemble graphique nécessaire pour mettre une histoire en valeur. L'édition ne contribue pas à rendre le titre meilleur. Je vous laisse en tirer la conclusion qui s'impose.

Samji livre une nouveauté décevante qui ne se sauve que par quelques planches qu'on goûte visuellement. Pour le reste, peu de choses à se mettre sous la dent, Witchcraft Troops manque singulièrement d'arguments pour nous donner envie de continuer une lecture aussi peu reluisante.

A découvrir

Souvenirs d'Amour

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques