2/10

Yu-Gi-Oh ! R

Depuis le temps, il devient inutile de le présenter. Mais par conscience professionnelle, je vais tout de même le faire. Voici donc Yugi, héros de la série Yu-Gi-Oh !, et grand joueur de cartes devant l'éternel. Attention, il ne joue pas à la belote ou au tarot, mais a un dérivé de Magic, The Gathering dans lequel les créatures prennent vie, et où le joueur encaisse plus ou moins physiquement les points de dégats. Les bases sont posées, si vous voulez en savoir plus, reportez vous à la critique de Yu-Gi-Oh !.

Yu-Gi-oH ! R
Yu-Gi-oH ! R
Ici, nous avons affaire à Yu-Gi-Oh ! R. R comme Reloaded sans doute. Je n'ai pas lu la série originale, donc je ne peux pas dire si les évenements de ce manga prennent place avant ou après ceux de la série de base. Les auteurs, dans le petit encart qui leur est réservé (le revers de la jaquette) disent qu'il s'agit de la suite, mais qu'ils essayeront de "remonter dans le temps"  à travers cette série, constituée des histoires mises de coté pour Yu-Gi-Oh !. Autant dire que l'on n'est pas beaucoup avancé.

Que se passe t'il alors dans ce premier tome ? Trois fois rien, où plutôt trois fois la même chose. Un vilain méchant pas beau veut se venger de Yugi. Il enlève pour cela son amie, et oblige le héros à passer tout une batterie de tests, avant de faire un duel avec lui. Ces tests ne sont que des duels contre des sous fifres, de plus en plus forts. Oui, exactement comme dans les jeux vidéos sur Super Nes : pleins de séquences de combat répétitives avant d'arriver au boss final. Ce premier tome ne couvre que les trois premiers combats de Yugi, mais après sa lecture, on se doute fort du déroulement des tomes suivants.

Yugi arrive chez le méchant, et commence le premier combat. Il est sur le point de perdre, mais une combinaison incroyablement ingénieuse lui permet de retourner la situation et il gagne de justesse. Ouf, il a eu chaud. Il se déplace alors un peu dans le manoir du méchant, pour tomber sur le deuxième ennemi. Le combat s'engage. Yugi est sur le point de perdre, mais une combinaison incroyablement ingénieuse lui permet de retourner la situation, et il gagne de justesse. Ouf, il a eu chaud. On bouge un peu, le temps de voir que se présente un troisième adversaire. Le combat commence. Yugi est sur le point de perdre mais...

Une sensation de déjà vu ? Normal. Si vous avez plus de 14 ans, vous aurez repéré le schéma scénaristique dès les vingt premières pages de ce premier tome. Dès lors, inutile de lire la suite, vous devinerez absolument tout. A moins d'être un fan absolu de l'univers, et de vouloir découvrir de nouvelles cartes et de nouvelles combinaisons, on voit mal pourquoi vous pousseriez la lecture plus loin.

D'autant plus que ce n'est pas le dessin qui va vous retenir : le style est tellement caricatural qu'il en devient énervant. A oublier.

Et, chose surprenante, mon exemplaire souffrait d'un gros problème d'édition. La plupart des images ressemblent à des impressions de mauvaise qualité faites sur du papier recyclé d'images JPEG encodées avec beaucoup de pertes. C'est d'autant plus surprenant que Kana n'en n'est pas a son coup d'éssai. Gageons que ce défaut sera corrigé dans une prochaine réédition, mais vérifiez tout de même avant d'acheter.


Oui, acheter. Après tout ce que je viens de dire, cela peut paraître surprenant, et pourtant. Cette série est faîte par un ancien assistant de l'auteur orginal, et est supervisée par l'auteur. Ceux qui ont aimé la série de base ne seront pas dépaysés, et ont toutes les chances d'aimer cette suite

A découvrir

Gunparade March

Partager cet article
A voir

Short Program

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques