7/10

Yureka

Jangku est un lycéen très studieux. Pourtant, il s'endort de plus en plus en classe. En fait, derrière son image de bosseur, notre héros cache une véritable passion pour un jeu de rôle sur internet : Lost Saga. Véritable accro du jeu, Jangku passe tout son temps libre sur ce jeu de rôle se déroulant dans un univers médiéval fantastique. Dans Lost Saga, Jangku devient alors Lotto. Accompagné de Kwansu et Wunsuk (alias Adol et Boromir), les trois comparses forment alors un des plus puissant groupe de Lost Saga.
C'est ainsi que ces trois otakus, geeks de leur état vont d'aventures en aventures afin de gagner expériences, objets magiques et nouveaux pouvoirs...

Les deux auteurs de ce manwha, Hee Joon Son Youn Kyung Kim nous propose dans Yureka une série ma fois sympas.

Yureka vu par Hee Joon Son

Yureka
Yureka
Hee Joon Son, le scénariste a donc pour charge sur cette série d'imaginer les péripéties de nos trois héros. Mais, c'est lui aussi qui doit faire une très grande partie du boulot en créant l'univers de Lost Saga. Cette tâche est déjà beaucoup plus difficile. En effet, le manwagha doit proposer un monde cohérent, original et aussi intrigant. Dans Yureka, on peut dire que l'auteur remplit presque la charte car Lost Saga se révèle est un univers très cohérent. Pour n'importe qui fait du jeu de rôle. Lost Saga comporte tout les éléments typiques des MMORPG, c'est-à-dire, magie, monstres, donjons, mais aussi des éléments moins connus comme les guildes, les quartiers de commerçants etc... En fait, la série Yureka est un petit concentré de clins d'oeil aux rôlistes. Malheureusement, on peut en contrepartie reprocher à l'auteur le manque d'originalité de Lost Saga. Ainsi, il s'en faut de peu pour que les clins d'oeil deviennent des clichés, que les personnages secondaires ressemblent à des caricatures. Lost Saga manque donc d'une touche personnelle de l'auteur, d'un petit quelque chose qui en aurait fait un monde original et unique. Pourtant, Hee Joon Son ne manque pas d'idée. Au fur et à mesure que l'on avance dans les volumes, les aventures de notre trio face aux monstres et autres PJs (personnages joueurs) font de plus en plus place à une intrigue plus compliquée. Le manwagha met alors en place petit à petits des éléments mystérieux comme la nature de Yureka, la mise en marche de la nouvelle version du jeu ou encore les bugs du jeux : « hidden piece ». C'est ces détails qui permettent à Yureka de ne pas être un mauvais manwha et de le faire sortir de la masse des titres proposés. En effet l'auteur parvient ainsi à maintenir l'intrigue mais surtout l'attention du lecteur.
Enfin, comme dans tous manwha pour garçon qui se respecte, une dose d'humour se doit d'être présent. Dans Yureka, celui-ci est assez léger et ne rentre jamais dans les blagues lourdes. Il repose le plus souvent sur le comique de personnage et en particulier celui du caractère des héros. Mais les autres protagonistes savent eux aussi faire preuve d'un talent caché pour faire rire comme les deux soeurs chanteuses par exemple.

Yureka vu par Youn Kyung Kim

Youn Kyung Kim est le dessinateur de la série. Son style graphique est assez simple et peu original. En revanche il a le mérite d'être clair. En effet, les dessins de Yureka n'ont rien de transcendant, et sont plutôt banals. On peut retrouver ce style et ce niveau de dessin dans beaucoup d'autres séries comme Dragon hunter par exemple. En outre, le dessinateur n'est pas très friand des décors et préfère concentrer son travail sur les personnages. Au final, les fonds se révèlent donc assez vides mais les personnages ne sont pas trop mal fichus. Youn Kyung Kim parvient malgré le nombre de personnages différends à dessiner ses protagonistes avec un style propre à chacun. Ainsi, les guerriers ne ressemblent pas forcément à des brutes musclées et les magiciens à des érudits chétifs. Les personnages sont aussi tous uniques. Chacun a une tenue particulière, une arme qui lui est propre... Ce travail est rendu possible grâce à la collaboration des deux hommes. En effet, Hee Joon Son doit lui aussi faire un gros travail préparatoire avant pour donner à chaque personnage un vie, un caractère personnel.
Enfin, on remarque que au bout de quelques volumes, le dessinateur s'améliore lui aussi sur Yureka. Ainsi, les traits des personnages commencent à être plus fins et précis.

Yureka vu par Tokebi

Sur cette série, Tokebi fait un travail correct comme on en a l'habitude. En Revanche les défauts des autres séries sont ici conservés tels que les mots illisibles en bordure de page à moins de détruire le livre ou encore une jaquette un peu trop fine et fragile donc à mon goût.

Vous l'aurez donc compris, Yureka est une série loin d'être indispensable mais qui se révèle agréable à la lecture. Et pour peu que l'on soit rôliste alors le plaisir en est légèrement accru.
Une série pour se détendre donc.

 

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • juro

    11/07/2004 à 00h00

    Répondre

    J'ai trouvé ce manga frais sans être révolutionnaire. Le dessin est plutôt pas mal, il y a beaucoup d'humour et les auteurs arrivent à nous refiler de bons instants à travers des personnages sympathiques qui ne sont que la reproduction de leur état réel dans le monde virtuel mais le point sensible reste un scénario un peu trop convenu. A voir...

  • Anonyme

    28/04/2010 à 19h38

    Répondre

    faire une critique sur un manga ( ou plutôt un manhwa ) c'est bien beau mais j'ai envie de poser une question : t'es tu bien renseigné sur le manhwa ???  Kim Youn Kyung est une femme !!! dans les couvertures des pages de ce manhwa celà est bien précisé ! je trouve celà scandaleux .....

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques