6/10

YuYu Hakusho, le gardien des âmes

Qu'est-ce qui nous attend après la mort ? Le paradis et l'enfer existent-ils réellement ? Ces questions ne se posent absolument pas dans le manga YuYu Hakusho (littéralement Le Livre Blanc) où l'aspect primordiale est la lutte manichéenne que se livre le monde des démons et le monde des humains. Ce dernier compte sur un héros pour mettre définitivement fin au conflit et ce sera peut être... Yusuke Urameshi, quatorze ans, un voyou et cancre notoire qui préfère étudier la science des coups à travers la baston contre d'autres « furyos » de son âge que de se pointer en cours. Il se la joue mauvais garçon en buvant, fumant et rackettant mais c'est un jeune homme bourré de bons sentiments qui vit seul avec sa mère et qui hésite à évoquer son amour pour la déléguée de classe Keiko.

Après la mort...

YuYu Hakusho
YuYu Hakusho
Un jour après avoir séché une énième fois les cours, Yusuke se précipite à la rescousse d'un jeune garçon et c'est le drame : renversé par un camion, Yusuke meurt et se retrouve alors sous la forme d'un esprit au côté de son corps inanimé. Pensant s'être sacrifié en héros, le jeune homme fait la rencontre de Botan, guide des voies célestes, qui lui apprend que sa mort n'a servi à rien car le garçon s'en serait tiré de toute façon... par contre son décès était imprévu ce qui provoque un dilemme au sein du royaume des morts. Le voyou doit-il rejoindre le paradis ou l'enfer ?

Aucun des deux car le courage montré par le héros lui offre une possibilité de retourner vivant dans son corps à la seule et unique raison que Yusuke remplisse la tâche confiée par Koemma, seigneur du royaume des morts par intérim... celle de gardien des âmes, fonction qui se rapproche d'un travail de détective enquêtant sur les faits étranges se déroulant sur Terre dont les démons sont la source. Pour arriver à ses fins, notre héros devra traverser toutes sortes d'épreuves, subir des entraînements inhumains pour espérer avoir une chance d'accomplir sa mission.

Les deux premiers volumes de l'oeuvre sont abordés sur le thème d'enquêtes peu passionnantes au niveau du suspens mais posent les bases des valeurs japonaises tels que le sacrifice, le courage, l'entraide, l'amitié et l'amour. En gros la naïveté de ces premiers volumes rappelle typiquement les grandes caractérisitiques du plus pur style shônen. Par la suite, l'oeuvre de Yoshihiro Togashi (Hunter X Hunter) conserve ces valeurs tout en évoluant vers un dénouement tourné vers le combat pur et dur que va devoir livrer l'équipe du bien composée de Yusuke et d'acolytes pour le moins étranges mais qui se révèleront précieux tout au long des dix-neuf tomes de la série. Peu à peu, Yusuke rencontrera des adversaires monstrueusement puissants jusqu'à son entrée dans les ténèbres...

Le manga commence donc gentiment avec un héros au grand coeur toujours prêt à venir au secours de personnages en difficultés face aux démons ridicules qui les persécutent, même si souvent c'est à contre coeur et par des moyens détournés hilarants, ce qui peut provoquer des situations cocasses. L'évolution du scénario laisse place à une débauche impitoyable de coups spéciaux et de duels acharnés si bien que le regroupement des combattants les plus puissants au cours d'un tournoi rappelle étrangement un autre manga (un coup d'oeil à Dragon Ball pour se rafraîchir la mémoire). Si quelques caractéristiques sont comparables entre les deux oeuvres : personnages manichéens burlesques ou bien téméraires, évolutions surprenantes de la force des personnages, combats violents agrémentés d'humour et de techniques secrètes titanesques, l'oeuvre de Togashi ne part pas autant dans la surenchère que celle de la mythique série de Toriyama et reste concentré sur le même objectif durant tout son scénario. Certains volumes n'apportent pourtant rien de nouveau, à croire qu'ils sont clairement à but commercial.

Togashi, un homme préssé

Graphiquement avec Togashi, le trait rappelle celle de la vieille école japonaise et comme avec Hunter X Hunter, il passe du bon au mauvais et inversement d'une planche à l'autre (fainéantise quand tu nous tiens !). C'est parfois déroutant mais dans l'ensemble le dessin reste correct et le plaisir de voir évoluer les personnages dans un scénario cohérent à travers un découpage des planches sobre mais dynamique ne se dément pas... bien au contraire, l'autre point fort consiste dans les relations tissées entre les personnages où provocation et air de défiance succèdent à preuve d'amitié et entraide.

En plus de Yusuke, l'équipe chargée d'éliminer les démons comprend Kazama Kuwabara, le voyou débile rentrant dans la catégorie des combattants les plus faibles mais qui arrive à se transcender lors d'un combat ainsi que de deux démons ralliés à la cause humaine après avoir reçu une correction de la part du héros : Hieï, démon du feu à peine repenti, à l'air taciturne qui n'est pas sans rappeler un certain Végéta et enfin Kurama, démon renard (kitsune), qui arrive néanmoins à conserver un aspect et un esprit plus humain tout en se révèlant être la tête pensante de l'équipe. En effet, le potentiel d'actes totalement stupides (principalement des deux humains) rend la série véritablement orientée comique. D'ailleurs le mangaka n'hésite pas à en rajouter sur les pages bonus entre deux chapitres.

En outre, l'oeuvre a aussi l'intention de faire une présentation rapide de la présentation de mythologie orientale mélangeant celle propre au shintoïsme et celle se référant au bouddhisme. Le royaume des morts mène directement au chef des ténèbres de la religion bouddhiste dirigé par Emma et les nombreux monstres tirés de l'histoire ancienne et des mythes sont typiques de la vision japonaise de leur enfer avec leur apparences inhumaines. Cependant, l'auteur a aussi adapté certaines croyances comme en ce qui concerne Botan la sympathique guide du héros qui est en fait la déesse du mal et de la perversité dans les croyances populaires !

Tous ces éléments ont permit à YuYu Hakusho de connaître un grand succès populaire et critique au Japon en étant plusieurs fois récompensés. Et comme toujours en cas de succès, l'adaptation a été accomplie en un animé de 112 épisodes prochainement disponible chez Dynamics en coffret DVD et deux films. Ce manga plaira à tous les fans de Dragon Ball et aux autres désirant rire un peu même s'il ne faudra pas être toujours trop exigeant sur la qualité du dessin. Moins bon que Hunter X Hunter, YuYu Hakusho est tout de même un manga appréciable pour un shônen.

A découvrir

Scrapped Princess

Partager cet article
A voir

Nanako

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Anonyme

    19/11/2007 à 18h27

    Répondre

    Pas de commentaire!?


    C'est pas possible! Ce manga est super. C'est d'ailleur ma premiére série et je n'ai jamais regretté de l'avoir acheté. C'est une série d'action où il ya des combats a chaque tom, enfin pas dans les premiers il lui faut le temps de se lancer ou plutôt il faut laisser le héros découvrir ce qui lui arrive et connaitre ses "supérieur" qui lui donneront des missions assez dangereuse où il devra protéger les siens et sa planéte d'ennemis venus de l'autre monde. En conclusion il ne faut pas jugez la série sur le tome 1. Mais sur les 3 prochains qui mette l'accent sur l'avenir que devra affronter le personnage principal. Parlons de lui: c'est un voyou mais qui a quand même des principes par exemple il ne fraperai pas une fille! Mais aussi non s'il ya baston il n'est pas loin et il s'est se battre!!! Par la suite il aura des amis aussi fort que lui et aussi attachant.


    Essayer le!! 

  • Anonyme

    12/09/2008 à 20h46

    Répondre

    j'ai vu quelques épisodes de la série que j'ai trouvé trés bonne j'ai adoré

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques