7/10

Zetman

une sorte de batman nippon, avec en bonus des superbes dessins de Katsura

Deux cornes et un cercle sur sa main, pas de doute il s'agit bien de Zetman. La destinée du héros de Masakazu Katsura ne saurait souffrir d'aucune comparaison possible dans l'univers nippon du super héros. L'auteur de Video Girl Aï s'offre le luxe de changer de registre en prenant le parti de passer dans celui du seinen noir et violent. Et seulement après quelques volumes, on peut dire que la publication de cette série possède déjà un fort prestige et se taille la part du lion côté graphisme. Mais comment le sujet si peu original du super héros a-t-il pu se renouveler en l'espace de quelques volumes ? La réponse se situe chez Tonkam...

Super héros ? Super méchant ?

Zetman
Zetman
Jin vit dans la rue entre poubelles et repas tièdes. Pas plus haut que trois pommes, le gamin porte sur la main un étrange signe circulaire sans en connaître la signification. Il se distingue par une agilité et une force hors du commun qui lui permettent de rendre la justice à sa manière, la manière forte. Mais à l'école de la vie, le sens de la justice a un prix et pour Jin, c'est celui de l'argent. Loin des préoccupations des enfants de son âge, il vit avec Papi qui le considère comme son propre fils. Derrière ceci, se cache un véritable complot sur la naissance et la marque sur la main du jeune SDF. Un secret qui cache la face terrible que prendront les événements treize ans plus tard présentant un personnage étrange vêtu d'un costume rouge, Zetman.

Antinomie du super héros traditionnel, Zetman est un conte noir présentant un sombre héros déçu par une société qui ne l'a jamais accueilli en son sein. Ses excès de colère le rendent incontrôlable et qui pourchasse l'injustice dont il a lui-même été victime. Jin n'obéit qu'à son instinct primaire d'enfant sauvage qui va perdre son heureuse naïveté trop rapidement après des événements abominables mystérieusement orchestrés par un homme dont on ne sait rien. Le personnage principal présente un aspect presque commun à ceux d'un shônen, ce qui reste assez regrettable pour un seinen après un constat de départ intéressant. En effet, suite aux premières planches, on pouvait se demander de quel côté de la force Zetman fait partie : super héros ou super méchant ? Le doute s'installe, la menace plane sur un monde inattentif, les ingrédients sont réunis pour démarrer cette nouvelle aventure en trombe, et pourtant...

Aux sombres héros de l'amer...

Katsura s'était déjà essayé à un essai sur Zetman à travers une nouvelle parue dans un comics mais à part une vague ressemblance au niveau du design des personnages, les deux scénarii n'ont rien à voir. Le début est intéressant, créant un mystère autour du « Zet » et de ses ennemis mais à la fin du deuxième volume, l'impression change entre satisfaction d'en apprendre suffisamment vite sur l'intrigue et paradoxalement d'en savoir trop. Katsura semble avoir mal dosé le suspense mais surtout avoir dévoilé pratiquement toutes les ficelles de l'intrigue en quelques cases, ne serait-ce qu'une impression ? A moins d'avoir oublié les moments forts des débuts (ce qui est impossible vu que le lecteur aura épluché des dizaines de fois son volume en attendant la parution du suivant !), les regroupements se réalisent aisément, le lecteur semble deviner un scénario prévisible mais le mangaka nous a déjà habitués à des surprises dans ses précédentes oeuvres donc la patience est de rigueur...

A juste titre, les mauvaises langues regretteront le sujet peu original traitant une fois de plus de super héros mais Zetman représente plus que cela en abordant le thème du désespoir et de l'exploitation des faiblesses humaines. Surprenants, les thèmes amènent progressivement l'évolution des personnages toujours plus loin dans le côté obscur jusqu'au point de non-retour. Mais l'essentiel ne réside pas dans les thèmes qui sont traités à un degré moindre que l'on ne pouvait demander à Katsura car c'est surtout l'action qui prend une place dévorante, voire omniprésente dans le scénario. Cependant, il faut aussi préciser que l'auteur avait annoncé à grands coups de conférences de presse beaucoup d'arguments marketing de qualité encore invisibles, à savoir un anti-manichéisme permanent, un retour sur le passé, une mise en scène épurée de tout classicisme, laissant plutôt place à un manga efficace au niveau de l'action mais avec un questionnement convenu sur la question du super héros.

Le dessin de Katsura change pour aborder Zetman mais il est sans reproche, parfait dans ses moindres détails présentant des personnages qui ne surprennent pas véritablement le lecteur. Le trait fin et détaillé accroche et sert à la perfection les scènes belliqueuses, l'utilisation massive de l'ordinateur pour les mouvements donne un rythme incessant alors que le découpage reste classique dans l'ensemble. Le manichéisme prime en premier lieu même si Jin/Zet possède une dualité en lui. Cette personnalité ambiguë le rapproche d'un autre super héros : Batman. Les similitudes sont troublantes au niveau du caractère des personnages, même si le Zet évolue plus à la manière d'un électron libre que la chauve-souris. Les personnages secondaires manquent encore de profondeur à tel point que l'impression de se retrouver dans un shônen saute parfois aux yeux.

L'édition impeccable, au prix assez restrictif de 9 euros, demande tout de même un investissement personnel car sans partir sur les chapeaux de roue, la série promettait jusqu'au quatrième volume. Depuis, le studio K2R et le mangaka recherchent des assistants capables d'assurer le travail, ce qui remet en cause assez gravement le planning de parution et laisse planer de sérieux doutes sur la future qualité d'un travail « au rabais ».

Finalement, Zetman possède les mêmes caractéristiques qu'un Batman nippon et même si le manque d'originalité du thème peut apparaître dans le dénouement, on se laisse surprendre à effeuiller le manga de Katsura avec plaisir car le dessin joue en grande partie dans son intérêt, les délais de parution beaucoup moins. Pour le reste, seul l'avenir nous dira si Katsura est tombé dans le piège commercial consistant à réduire son scénario autour de la personnalité ambiguë de son héros. Un divertissement dans la norme qui ne s'illustre pas encore par son originalité...

A découvrir

Zed

Partager cet article

A propos de l'auteur

11 commentaires

  • shikamaru

    05/08/2005 à 14h09

    Répondre

    je n'ai pas encore eu l'occasion de lire le troisieme tome de la serie (9 euros ca fait cher! cry ) mais c'est vrai que le premier tome m'avait enormement plu...l'auteur y laissait paraitre a merveille des sentiments tres humains d'un jeune garcon sans reelle education qui va apprendre sur le tas les difficultés de la vie et etre confronté tres tot a la mort d'un proche...le doute s'installe sur l'orientation qu'il va donner a sa vie.
    le premier tome est donc tres bien agencé mais je trouve que le second est un peu plus classique,restant tout de meme interessant..
    une serie a tester donc...

  • moteuchi

    03/11/2005 à 05h38

    Répondre

    ouais ouais,

    étant au japon j'ai eu l'occasion de lire un peu la suite...
    J'avais commencé par la petite nouvelle de zetman publié en france et que j'avais trouvée très sympa.
    Le manga démarre plutot bien, le dessin est toujours impécable et le concept absolument efficace. Et le style, tout en étant beaucoup plus noir que dans tous ses autres manga (sauf peut être Iria) et très agréable.

    __ attention spoiler __

    Mais dans les tomes suivants le ton change, zetman passe en second plan (pendant un tome entier on ne le voit presque plus). Katsura invente un pretexte un peu artificiel pour nous montrer un défilé de filles à poil au prises avec démoniaque pervers. Tout en conservant la violence et la noirceur des images et du récit, je vous laisse apprécier le mélange...

  • Choucroot

    04/11/2005 à 23h45

    Répondre

    Et puis encore une fois (j' en avais deja parlé je ne sais plus trop ou sur le forum ):
    Le personnage du super heros justicier capitaine de l équipe de foot qui se fait fabriquer des super gadjets par ses amis les super scientifiques intellos... laissez moi rire ! Ha non meme pas en fait, c est juste minable

  • shoGUN_assassin

    08/08/2006 à 06h29

    Répondre

    bon j'attack le 3eme tome de zetman , et les 2 premiers sont de tres bonnes facture
    bah moi c'est 1035 mais ca les vaut bien surtout pour quelqu'un comme moi qui lis 99% de BD franco belge c'est pas plus cher. en tout cas zetman demarre bien

  • Anonyme

    23/03/2007 à 02h28

    Répondre

    l'auteur pose son histoire tres doucement car il y a pas encore de grand boulversement apres 6 tomes

  • Anonyme

    06/05/2007 à 16h56

    Répondre

    Bon après lecture des 7 tomes ...
    ça casse pas 3 pattes à un canard ... N'ayons pas peur des mots c'est même franchement mauvais!

    *rien à dire de particulier sur le dessin : c'est le trait habituel du mangaka...
    Trop diront certains : l'héroine ressemble comme 2 gouttes d'eau à iori de I''s . Simple coincidence au mieux , petite maladresse au pire pourrait on dire ... A ceci prés que celà contribue à la sensation de se trouver devant un resuscé sans originalité l'auteur piochant où il peut et allant jusqu'à cannibaliser sa propre oeuvre . Au total un breuvage aussi indigeste que la mixture que vous avez ingurgité la derniere fois où vous avez mélangé les fonds de bouteille de fin de soirée . Et comme dans ce cas là , à la simple moue de dégout succéde une sensation de plus en plus nauséeuse....

    * une intrigue vraiment foutraque , mélange des genres et des tons
    On part d'un mélange de shonen bas du plafond avec ses jeunes héros couillons sans peur et sans reproche (le brun ténébreux pauvre et violent mais qui s'efforce de protéger ceux qu'ils aiment , le jeune couillon bourgeois blondinet : merci pour les clichés) et de ecchi lourdingue avec ses demoiselles en détresse aux petites culottes toujours exposées pour aller à partir du tome 4 vers seinen vraiment malsain dans sa représentation du sexe et de la violence . A une situation de base - un programme scientifique dont on ne comprend pas vraiment le pourquoi du lancement (j'ai lu les 7 tomes ) sinon pour dire que ça a pété (vachement original ça aussi , l'experience qui foire) - se rajoutent un manque total de dynamisme de la narration .Les relations entre les personnages ne mettent rien en relief (rien de bien folichon entre le bourgeois et sa soeur , entre le bourgeois et son père, entre les 2 héros , etc... ) . On a juste une sempiternelle histoire d'élu au pouvoir caché qui vit exclu et doit supporter tout le poids d'une responsabilité qu'il n'a pas voulu et protéger les hommes contre d'affreuses créatures.... Pire l'auteur ne se forge même pas un univers cohérent et propre . On a des gadgets pire que le plus minable des james bond (la bombe aérosol pour éteindre le feu , le chewing gum pour se transformer en zetman ,.) avec un univers technologique globablement incohérent : l'auteur invente au fur et à mesure de ses besoins . Un petit incendie , le héros sera muni de tous les gadgets anti feu nécessaire , deux meurtres devenus tout d'un coup gênants pour le déroulement de l'histoire hop un petit passage par la réalité virtuelle et la vie artificielle. On a pas l'impression d'un véritable univers avec sa technologie et son économie comme peut l'être celui de Ghost in the shell ou de Nausicaa
    Allier la faiblesse scénarisitque du shonen à ce que le seinen comporte de pire (voire la suite) ... Bravo!

    * un propos assez gerbant
    - J'ai toujours trouvé que Gantz derriére un soi disant propos moralisateur ( dénonciation du syndrome Genovese et de maniére plus général de l'égoisme profond de chaque individu) était extremment complaisant dans sa représentation du sexe et de la violence (ne serait ce que parce qu'il est difficile de voir autre chose que du fan service dans les 1eres de chapitre avec jeune filles fortement dénudées et prenant des poses trés suggestives) mais on passe un cap avec Zetman. Toute retenue disparait pour des représentations extremmment crues (viol en séries dans le tome 4 ) , sans imagination dans la mise en scéne (tant qu'à faire quelque chose de délibérement choquant autant que ce soit original et esthethique à la MPD Psycho ou à la Hellsing) et sans grande utilité . Si gantz pouvait dénoncer l'égoisme , berserk déshumaniser son protagoniste sexe et violence tournent ici à vide .
    -La mentalité des 2 héros s'arrange à peine au bout de 7 tomes :Si le blondinet prend un tout petit peu de plomb dans la tête (et encore ça reste très relatif) le brun ténébreux atteint même un himalaya de betise et prétention avec une réplique que j'estime culte :
    -elle " tu me sauves , tu fais la cuisine pour tes invités et tu pars dans ton coin pour souffrir en silence "
    - lui avec un sourire étiquetté ame chevaleresque qui fait craquer les demoiselles " oui il n'y a que comme ça que je trouve mon plaisir" .
    Ca me fait penser à une scéne de mary à tout prix où le rival de ben stiller monte une arnaque téléphonique à mary avec son copain sur un dialogue à la con du type :"ouais je suis un salop j'ai pris du plaisir à les sauver ces orphelins au bengladesh ..." Ah ceci près que ici c'est pas du second degré !!! Shocked


    4/10 max
    A fuire comme la peste
    si vous voulez du shonen avec des héros beta prenez OnePiece (un univers avec le souffle qui manque à celui de zeitman) Bleach(au moins un certain esthétisme ) voire Naruto (au moins ça n'est pas malsain)
    si vous voulez du seinen violent prenez Berserk ou MPD Psycho ou Hellsing

  • mokonette

    19/07/2007 à 16h22

    Répondre

    Que dire, que dire ?


    J'ai commencé Zetman sans apriori, d'autant plus que je lis très peu de comics sur les super héros, donc je ne suis pas encore trop blasée du genre.


    Ca commençait plutôt bien. Un peu de suspense, une dualité intéressante entre nos deux aspirants super-héros, un coté un peu déjà-vu, mais, pour compenser, le graphisme virtuose de Katsura. Et puis, comme on me les prétait, je ne me suis pas trop souciée du prix... (D'ailleurs, rétrospectivement, ces 9 euros me choquent pas mal ! L'edition m'avait semblée assez classique...)


    Mais, ce tome quatre ! Vraiment, rien d'autre que du hentai de bas étage ! Que l'on puisse laisser une part importante au sexe dans une oeuvre se voulant polémique et violente, soit, après tout, ça fait partie de la vie. Que, d'autre part, on consacre des publications exclusives à la pornagraphie, ça passe encore, je n'ai rien contre ; tant qu'on la prend pour se quelle est : une industrie du fantasme sexuel, sans lien avec la réalite.


    Mais qu'on essaye de faire passer le second pour le premier, non ! Je sais que malheureusement Zetman ne fait pas exception, mais, sans être une pruderie excessive, j'en ai vraiment assez de la façon dont sont traitées les femmes dans certains manga !


    Pourquoi montrer tous ces viols par le menu, si ce n'est que pour satifaire les fantasmes de certains lecteurs ? Pourquoi nous faire croire à un manga de super héros, s'il ne s'agit que d'un prétexte à un déferlement de hentai qui ne fait pas avancer l'intrigue d'un iota ? Quand aux filles agressées, dans Zetman comme ailleurs, ce ne sont qu'un ramassis de belles idiotes juste bonne à pousser des "Oh..." et des "Ah !", dont on ne sait même pas si elles sont consentantes ou non, leurs expressions étant les mêmes dans un cas comme dans l'autre !


    Je n'aime pas la ramener tout le temps avec mes coups de gueule féministes, mais ce que j'ai pu trouver dans Zetman est assez caractéristique de toute l'hypocrisie que l'on peut trouver regroupée sous l'étiquette du "fan-service" ! Un viol reste un viol, et ce n'est pas la mine aguicheuse et dépravée que l'on dessine aux victimes qui en fera un divertissement "normal" !


    Ce n'est pas non plus de banaliser ce genre de scène dans une histoire qui tente encore vainement de se faire passer pour un récit initiatique qui va donner une meilleure image de la bande dessinée japonaise, qui comme beaucoup de gens le pensent n'est que sexe et violence. Double deception.


    Merde, à la fin !

  • Anonyme

    24/09/2007 à 12h08

    Répondre

    comme les critiques précédentes l'attestent, la série subit un virage important lors des premiers tomes:


    - tome 1: très bien, je vous le conseil pour la bonne SF et les personnages bien travaillés; Une histoire de super-hero qui commence fort!


    -tome 2: heu, ouais, pas mal, l'histoire de Koga: si tout le monde ne sera pasz séduit, les fans de batman et du punisher ne seront pas dépaysés! Mais le ton commence à devenir un peu bizarre....et très réaliste.


    -la suite: BUEUAARGL!!! (bruit de l'estomac délicat qui se contracte soudainement) très violent et voyeuriste, la série change totalement d'ambiance : Si vous êtes un peu sensible sur la violence, faites comme moi, arrêtez vous au tome 2!


     

  • Anonyme

    15/01/2008 à 15h30

    Répondre

    Même si je suis difficilemet choqué, je suis moi aussi d'accord avec la majorité des commentaires précédent . Le manga au fil des tomes devient de plus en plus violent et malsaint... Pour en arriver au fameux quatrième tome ou on se retrouve submergé par une succesion de scène de violence et de viol qui n'apporte absolument (mais alors absolument!!!) rien à l'histoire et à l'intérêt du manga, au contraire... L'intrigue en elle même (même si elle ne se révèle pas extraordinaire) est plaisante mais pourquoi nous infligé ces scènes de viols successifs et ces profusions de membres arrachés... Je ne comprend vraiment pas l'intérêt de la chose. 


    Enfin chacun son style ça peut peut être plaire à certain moi j'en suis au tome 6 et ça m'emballe moyen. On verra si je tiens jusqu'à la fin du manga (ce qui est moins sur)


     

  • Anonyme

    13/06/2008 à 15h48

    Répondre

    Il est vrai que le tome 4 est particulièrement violent (dans tout les sens du terme) mais je suis à l'opposé des avis que j'ai lu ici.


    Oui Zetman est violent, mais de la à dire que Gantz l'est moins....


     L'intrigue du Zet se fait au fil des tomes et je toruve justement intéréssant d'avoir les histoires de chaques perso, ce qui donne une vraie psychologie au manga.


    Il n'y a pas un tome on l'on apprend rien sur le Zet (ou les players, enfin, l'origine des pouvoirs présents dans le manga), j'irais jusqu'a dire que la trame principale est assez bien construite.


     Pour les "oui le blondinet bourgeois & le brun ténébreux", effectivement, si on a décidé que cliché il devait y avoir, on peut trouver que ç'en est un. Cependant, je rappelle qu'on est  dans du manga, et qu'il faut éviter de chercher les clichés, car ils sont tous remplis de ça! Naruto "le cancre orphelin qui rend même ses ennemis heureux de le connaitre", Bleach "ichigo le super-super-super héro malgrès lui', trigun (tiens, pareil que bleach), Gantz "l'équipe de gens qui ne se connaissent pas qui deviennent copains pendant des supers-aventures", enfin bref, je vais pas tous les faire, mais quand on parle de clichés dans les animes, manga, et même film américain (vous savez, le camion citerne qui explose, tout ça...) je comprend pas! ça fait partie du spectacle...

  • Anonyme

    05/03/2010 à 15h55

    Répondre

    Voici le 6ème tome acheté et bien lu ! J'aime beaucoup, mais comme toujours la curiosité me pique d'aller voir ce qu'en pensent les autres... Et voila quoi : Les raleurs habituels qui réussissent à faire de qualités : des défauts... Bref je ne reviendrais pas sur les petits détails comme l'excelent trait de crayon mais à la critique première : Le sexe, la violence, c'est le mal.


    Concernant la basse accusation de fan service : Soyons clair et sans spoil : Oui Zetman est parsemé de scènes choquantes et qui doivent le rester, mais franchement je ne vois pas ou est le mal, justement c'est fait pour. Je ne dis pas que j'approuve tout à fait la totalité du manga et j'estime même que certaines bulles n'étaient... pas nécessaires puisque j'ai l'esprit un minimum critique. Mais pour le reste, il y a de quoi satisfaire votre imagination ou votre curiosité ! Nonon la fausse impression de shonen déguisé en seinen est fausse, et la critique facile ce qui explique surement pourquoi certains se sont empressés de venir exagérer le tout ici. Si vous me permettez l'expression, Zetman saura vous mettre la bonne claque que vous n'attendiez pas mais qui vous fait comme même du bien.


     J'ai écris ce message pour les lecteurs qui ont eu le courage d'aller voir l'avis des internautes pour prendre la décision finale d'acheter ou non : Ce manga reste très bon et en dépasse beaucoup d'autres, si vous n'êtes pas un grognard et que vous avez un minimum d'argent : N'hésitez pas, vous y prendrez un maximum de plaisir. Contraiment aux autres je ne m'essaie pas à des comparaisons un peu foireuses ou une critique subjectives trop prononcée donc il me reste à conclure par : Si vous achetez seulement le premier tome pour vous faire votre opinion, vous avez un gros risque de vouloir acheter la suite.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques